Nous utilisons des cookies sur nos sites web. Des informations sur les cookies et sur la manière dont vous pouvez vous opposer à leur utilisation à tout moment ou mettre fin à leur utilisation sont disponibles dans notre Déclaration de protection des données.

Des employés de Microsoft dénoncent le harcèlement sexuel et la discrimination

Des employés de Microsoft dénoncent le harcèlement sexuel et la discrimination

Tout a commencé par une chaîne interne d'emails, d'abord révélée par le média Quartz. Cette chaîne de messages décrivait une série scandaleuse d'actes de discrimination et de harcèlement sexuel subis par les femmes dans l'entreprise. Le réseau a reçu des centaines de réponses depuis sa création le 20 mars, selon Wired media, ce qui a motivé le personnel à protester contre les environnements de travail toxiques lors d'une session de questions-réponses avec le directeur général de l'entreprise, Satya Nadella.

Les accusations comprennent des questions que beaucoup considèrent comme typiques dans l'industrie de la technologie, comme l'absence de promotions et le traitement injuste des employés appartenant à des groupes sous-représentés. Mais certaines accusations vont plus loin : une employée d'une entreprise associée à Microsoft a répondu à la chaîne d'emails en dénonçant qu'"on lui avait demandé à deux reprises de s'asseoir sur les genoux d'une autre personne lors d'une réunion à laquelle le service des ressources humaines et d'autres gestionnaires ont participé", affirmant qu'aucune d'elles ne faisait rien pour réagir à une telle violation de la politique de l'entreprise. "La personne qui m'a posé la question m'a dit que je ne devais pas la répéter une deuxième fois", avant d'ajouter "mais personne n'a rien fait à ce sujet".

women tech unsatisfied
L'âge de pierre n'était-il pas terminé ? Aujourd'hui, de nombreuses femmes continuent à signaler des comportements inacceptables au travail. © AndroidPIT

Un autre employé de Microsoft a affirmé qu'un travailleur d'une entreprise partenaire l'avait menacée de mort si elle n'avait pas eu de relations sexuelles avec lui au cours d'un voyage d'affaires, notant également la complicité du service des ressources humaines, ainsi que l'absence d'enquête ou de mesures disciplinaires contre l'autre partie concernée. "Je l'ai dit immédiatement au service des ressources humaines", a écrit l'employé, selon Quartz, "mais mon patron a dit que cela ressemblait à un simple flirt et que je devais l'oublier".

La directrice des ressources humaines, Kathleen Hogan, aurait répondu à la chaîne d'email le 29 mars, pour communiquer l'affaire à Nadella le même jour, en offrant également aux employés qui ont eu de telles expériences la possibilité de la contacter directement.

En réponse, une session de questions-réponses a eu lieu avec le patron de Microsoft, Satya Nadella, à laquelle ont assisté entre 100 et 150 emplyés, sans compter ceux qui ont participé en streaming. Selon certains participants, Nadella et Hogan auraient promis au personnel une plus grande transparence et une plus grande action dans les cas décrits dans les courriels.

Ce n'est pas la première fois que l'entreprise est sous les feux des projecteurs en raison de ce type d'épisodes. En mars 2018, un collectif alléguait 238 cas de discrimination ou de harcèlement sexuel survenus entre 2010 et 2016, et que l'entreprise n'aurait pas pris au sérieux.

Qu'en pensez-vous ? Estimez-vous acceptable qu'une entreprise de ce calibre ignore les épisodes de discrimination et de harcèlement ? Pensez-vous que l'égalité des sexes est plus éloignée que nous ne le pensons ?

Source : Gizmodo, Quartz

Articles recommandés

12 Commentaires

Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition
Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition

  • On ne vous dérange pas tous les deux ?
    Ou sont les filles .... ?


  • Quand j'affirmais il y a seulement quelques jours que ce problème n'existait pas que chez Google, je ne m'attendais pas à en avoir une confirmation aussi rapidement...

    Si le "phénomène" MeToo continue à permettre de révéler ce type d'abus, je ne peux que m'en réjouir.

    Mais au moins deux millénaires de domination masculine ne peuvent s'effacer aussi rapidement et démontre que l'ampleur du problème n'a pas fini d'empoisonner les milieux de travail où domine une hiérarchie toujours aussi prégnante et ce n'est pas le tutoiement (obligatoire donc hypocrite) des n+1 qui empêchera ce triste constat.


    • Luna depuis 4 mois Lien du commentaire

      Comment tu veux demander à un homme qui tabasse sa femme de bien traiter sa secrétaire ?


      • Les exemples qui sont cités là sont déjà suffisamment scandaleux et graves sans en rajouter, ce n'est pas la peine de lancer des accusations sans aucune preuve. Ce n'est pas déjà assez chargé comme ça ? En tout cas, avec de telles affaires dévoilées, je serai une femme, ça ne me donnerait pas envie de travailler chez Microsoft, et je pense que les femmes vont désormais y réfléchir à 2 fois (si ce n'est plus...)


      • Luna depuis 4 mois Lien du commentaire

        Microsoft ce n'est qu'un échantillon, demande à la caissière de ton supermarché, à ta conseillère à ton agence, à la belle journaliste à la télé, à ton infirmière, partout où tu vas, c'est la même peine, quand on est une femme, et alors quoi, qu'est ce tu veux qu'on fasse quand on n'est pas considérée ?


      • Déjà porter plainte et ne pas hésiter à médiatiser les choses si ça traîne, il y a déjà l'arsenal juridique pour lutter contre cela mais il n'est pas assez utilisé (combien de lois existent mais ne sont que trop peu appliquées), comme je l'ai dit plus bas les choses changent, internet est même un outil pour accélérer ce changement, il faut savoir l'utiliser, ne pas se résigner (j'ai l'impression que c'est un peu le cas quand je lis tes commentaires). Ce n'est pas parce que longtemps les choses ont été tués, cachées sous le tapis, que ça ne doit pas changer... il y a aussi des structures, associations par exemples, qui sont là pour accompagner et aider les victimes...


      • @ Luna

        Devant l'insistance de tes récriminations forts compréhensibles, je n'ai aucune solution miraculeuse (ou non) à proposer, j'essaie de faire un constat de la situation telle que je la comprends.

        Dire que je ne représente que moi-même n'est pas un moyen de me défiler mais admettre que je ne peux faire que des vœux pieux.
        Toute les situations de déséquilibre profond et durable dans un conflit provoque ce genre de réaction de la part de la partie dominante comme de la partie dominée et je ne me sens nullement concerné par ceux qui se taisent quel que soit leur niveau de responsabilité.

        Il faut du temps, de la bonne volonté de chaque côté et la volonté d'aboutir à une position plus acceptable et même équilibrée... sur le long terme.

        Il y a un temps pour dire les choses, dénoncer les abus insupportables MAIS il faut, à un moment ou à un autre, négocier une solution qui puisse permettre aux "deux parties" de s'y retrouver.


  • Luna depuis 4 mois Lien du commentaire

    C'est ce qu'on appelle les ressources humaines oui et alors, puisque ça ne choque personne ?

    Dois je rappeler qu'en France, 225 000 femmes sont victimes de violences physiques et ou sexuelles, c'est une femme qui en meurt tous les trois jours et qui ne choque personne, car la violence conjugale est tolérée, tout comme le droit de cuissage au travail, partout dans le monde.


    • Non, ce n'est plus toléré en France (de moins en moins en tout cas), c'est passible d'une très lourde amende et de prison, même si le personnel judiciaire, policiers et gendarmes, n'est pas encore assez formé à traiter comme il faut, lourdement, rapidement, sans hésiter et sans tergiverser, de tels cas (encore assez récemment, une affaire de violence conjugale pour laquelle la famille et la femme en question avaient été porter plainte, n'avait pas été prise au sérieux, et la femme à été tuée par le mari très vioient ; j'espère que les sanctions contre ces incompétents - comment les qualifier autrement ? - seront très lourdes car il y a manifestement eu non assistance à personne en danger...).
      Après, j'ai moi-même connu le cas dans ma famille (pas de mort due à des violences conjugales, ouf, mais là violence conjugale, physique etvpsychologique, même, ma mère en a été victime très longtemps par son mari, légalement mon père mais je ne le considère pas ainsi vu son comportement scandaleux que je n'ai jamais toléré... pour tout dire, plusieurs fois le drame à été évité de peu, je me souviendrai toujours d'un couteau, à bout rond, lancé par cet homme en direction de ma mère lors d'une dispute conjugale violente à table, heureusement il avait été maladroit et le couteau, à bout rond, ouf, avait rebondi contre un mur... pas de mort donc, mais le geste, impardonnable, avait été là... ), jusqu'à ce, moi-même, jeune adulte, finisse par convaincre ma mère d'y mettre fin en quittant le domicile conjugal en profitant de son absence, un dimanche matin (il faisait sa matinée de sport, cyclisme, tous les dimanches) car nous craignions sa violence ; un des mes demi-freres (l'homme que ma mère avait épousé avait déjà 2 jeunes enfants lorsqu'ils s'étaient mariés) à tenté de nous en empêcher, j'ai appelé les gendarmes, j'ai expliqué les choses, et ils se sont déplacés sans tarder (ce n'était pas un cas de violence conjugale mais on nous y empêchait de nous soustraire, enfin, après 20 ans de telles violences répétées, de nous y soustraire enfin...), ce qui nous a permis de nous enfuir (j'habitais alors encore chez mes parents, je venais de finir mes etudes), et pourtant c'était il y a 22 ans (et ma mère n'avait jamais porté plainte, comme quoi... mais nous avions alors appris que la violence conjugale n'était pas tolérée dans la gendarmerie de la ville que nous habitions, chose rare à l'époque... ), comme quoi certains s'en moquent et la tolèrent, mais d'autres y sont sensibles et opposés, tous les hommes ne sont pas à mettre dans le même panier... Les choses changent, s'améliorent (en Europe en tout cas) , mais c'est lent, bien trop lent, je le conçois et le déplore... même si, pour une fois, on peut saluer le rôle d'internet et des réseaux sociaux qui contribuent positivement à ce que les choses changent positivement (me too...) et accèlèrent le mouvement

      Pour en revenir à Microsoft, après cette longue disgression, vu que la DRH a même couvert et toléré de tels agissements, et qu'ils sont dévoilés publiquement, j'espère même que Microsoft sera sanctionné par la justice (le manquement est très grave) , et que les personnes incriminées seront licenciées de l'entreprise (si ce n'est déjà fait)... une sanction pénale ne serait même pas de trop, même s'il faut pour cela apporter les preuves de tels actes (ce qui ne sera pas chose aisee)


      • Luna depuis 4 mois Lien du commentaire

        Bah non, rien ne change et pourtant nous sommes les mères de tous ces hommes qui nous le font payer si cher jusqu'à ce qu'on en crève d'une façon ou d'une autre.


      • Tu es vraiment têtue et bornée. En plus tu as tort. Et je te l'ai prouvé par A + B, je ne vais pas recommencer.


      • Si tu trouve que rien ne change, tu sais que toi aussi tu peux faire en sorte a ton niveau que certaines choses chose en t'engageant dans des associations de ta région, ne jamais oublier qu'il revient a tout le monde de pouvoir faire changer les choses, déjà d'en parler autour de soit c'est un début de quelque chose, ne sois pas si défaitiste

Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition