Nous utilisons des cookies sur nos sites web. Des informations sur les cookies et sur la manière dont vous pouvez vous opposer à leur utilisation à tout moment ou mettre fin à leur utilisation sont disponibles dans notre Déclaration de protection des données.

Nous avons de plus en plus d'emojis, et malheureusement nous avons aussi FaceApp

Nous avons de plus en plus d'emojis, et malheureusement nous avons aussi FaceApp

Cette semaine, nous avons vu la Journée Mondiale des Emoji. Vous avez compris ce que cela signifie : nous en trouverons de nouveaux dans les nouvelles versions d'Android et iOS. Les choses tournent bien pour FaceApp également, en revanche les utilisateurs de l'application ne voient pas forcément les choses du même oeil.

Vainqueurs de la semaine : les émojis

Il y a un jour pour tout, et le 17 juillet dernier était celui dédiée à la Journée mondiale des Emoji. Nous n'avons pas décidé d'écrire tous nos articles avec des émojis, mais il est indéniable qu'ils font aujourd'hui partie intégrante de la vie quotidienne, les émojis les plus populaires étant les grands classiques tels que le cœur qui se place en deuxième position. C'est du moins ce que dit le rapport Emoji Trend.

Mais les utilisateurs veulent aussi des émojis plus représentatifs et plus inclusifs. Et beaucoup d'entre eux arriveront avec la version Emoji 12.0 adoptée par le consortium Unicode, que les utilisateurs d'Android recevront avec Android Q et l'une des premières versions d'iOS 13. A la rédaction, nous sommes particulièrement impatients de voir Orang-Utan et Sloth.

android q emoji
Nouveaux Emojis dans Android Q. © Google

Perdant de la semaine : FaceApp

Pourquoi FaceApp, une application qui date de 2017, est soudainement si populaire à nouveau ? Il est indéniable que les résultats se sont améliorés, il faut bien le reconnaître. Alors pourquoi c'est le perdant de la semaine ? Parce que nous ne savons pas du tout ce qu'il va advenir de nos données !

FaceApp ne laisse pas vieillir vos photos sur votre smartphone, elle les télécharge sur ses propres serveurs. Ils peuvent y être stockés pour une durée indéterminée. Le fournisseur, la société russe Wireless Lab, obtient même les droits d'utilisation commerciale de vos photos. La politique de confidentialité laisse des questions sans réponse, l'entreprise n'a même pas de site web. Pas étonnant qu'un sénateur américain ait déjà exigé une enquête du FBI et que le commissaire fédéral à la protection des données Ulrich Kelber (SPD) ait également mis en garde contre cette application.

Quels ont été vos hauts et vos bas de la semaine ?

Articles recommandés

3 Commentaires

Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition
Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition

  • Après le "péril jaune" (Huawei), la "menace rouge" (FaceApp) pourquoi toujours vouloir jouer à :
    – Coucou, fais moi peur –
    Ce besoin de se trouver des ennemis est aussi stupide qu'inutile, à mon goût !


    • Luna depuis 4 mois Lien du commentaire

      🤔 Ça sent le noir pour la semaine prochaine...


    • Il faut bien donner un ennemi en pâture à la masse abrutie... Depuis que les russes ont osé braver les USA en Syrie et en Ukraine, ils sont redevenus les méchants rouges ivres de sang, tandis que les USA c'est le bien absolu. Quand on sait ce q'ils font avec les données de tous les réseaux sociaux, c'est l'hôpital qui se moque de la charité.

Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition