Nous utilisons des cookies sur nos sites web. Des informations sur les cookies et sur la manière dont vous pouvez vous opposer à leur utilisation à tout moment ou mettre fin à leur utilisation sont disponibles dans notre Déclaration de protection des données.

Avec Neuralink, Elon Musk veut aider les personnes paralysées

Avec Neuralink, Elon Musk veut aider les personnes paralysées

Neuralink, la société secrète d'Elon Musk dans laquelle sont développées des interfaces cerveau-machine, a montré pour la première fois une partie de la technologie réalisée à ce jour. L'objectif est d'implanter des dispositifs particuliers sur des humains paralysés, leur permettant de contrôler des smartphones ou des ordinateurs.

Le premier grand pas en avant concerne les "fils flexibles", grâce auxquels on obtient moins de risques de dommages au cerveau que les matériaux actuellement utilisés dans les interfaces cerveau-machine. Ces fils permettent également de transférer plus de données et peuvent se connecter via 3072 micro-électrodes.

neuralink 1
Encore plus près des robots ? © Neuralink

Les fils ont une largeur comprise entre 4 et 6 μm, ce qui les rend considérablement plus minces qu'un cheveu humain. En plus de développer les fils, l'autre grande avancée de Neuralink est une machine qui peut les intégrer automatiquement.

Elon Musk a accordé une grande importance à la recherche de Neuralink : "La raison principale de cette présentation n'est pas de créer un battage publicitaire, mais plutôt de recruter de nouveaux candidats. Même Max Hodak, président de Neuralink, a pris la parole et a avoué qu’au début, il n’était pas certain de l’idée d’une technologie similaire, mais il semble que Musk l’ait convaincu.

neuralink 2
Ce petit processeur se positionne à la surface du crâne et capture les informations. © Neuralink

À l’avenir, les scientifiques de Neuralink espèrent créer un faisceau laser capable de traverser le crâne plutôt que de "creuser des trous". Les premières expériences seront conduites par des neuroscientifiques de l’Université de Stanford, à condition que quelqu'un veuille tester cette technologie.

Êtes-vous favorable à l'idée de Neuralink?

Via : The Verge

Articles recommandés

1 commentaire

Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition
Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition