Nous utilisons les cookies sur ce site pour améliorer votre expérience utilisateur.

10 partages 4 Commentaires

La voiture autonome, plus proche que jamais de la réalité chez BMW

Le monde de l'automobile et le monde de la high-tech se rapprochent de plus en plus. La dernière édition 2017 du Salon de l'automobile de Francfort (aussi appelé IAA) peut en témoigner. Présents sur place, nous avons alors profité du moment pour échanger avec Elmar Frickenstein, le Vice-président sénior de la conduite autonome chez BMW. L'occasion de discuter du futur de l'automobile et de l'arrivée prochaine des voitures autonomes sur le marché pour le constructeur allemand.

Une voiture complètement autonome dès 2021

Pour BMW, l'avenir passe nécessairement par la voiture autonome. Ce n'est pas une surprise. Le géant bavarois a en effet déjà commencé sa révolution digitale en transformant tous ses véhicules en voitures connectées, un préalable à la voiture autonome. "Nous ne sommes pas faits pour rester bloqués dans les embouteillages" explique Elmar Frickenstein pour démontrer l'intérêt de la voiture autonome.  "Dès 2021, nous pourrons ainsi proposer chez BMW une voiture avec les niveaux d'autonomie 3, 4 et 5."  

Concrètement, BMW sera donc en mesure d'offrir un véhicule complètement autonome où tout est automatisé, ce qui correspond au niveau 5. Pour ceux qui l'igorent et qui ne sont pas familiers avec ce barème de la conduite autonome, le niveau 1 est déjà acquis depuis longtemps puisqu'il correspond à l'étape où la machine contrôle certaines choses, comme les pertes de trajectoires (ESP). Le niveau 2 est plus récent avec quelques aides à la conduite tandis que le niveau 3 débarque petit à petit sur le marché et permet, sur certaines courtes périodes et dans des conditions bien définies, de lâcher le volant.  Les niveaux 4 et 5 sont donc les prochaines étapes pour BMW qui vise avec ses voitures autonomes à la fois les les solutions collectives comme celles de carsharing (Drive Now) mais également les particuliers de plus en plus nombreux à demander ce type de solutions.

"Nos études montrent que les utilisateurs américains, par exemple, souhaitent une voiture autonome pour en faire un espace de travail supplémentaire alors que les utilisateurs asiatiques veulent un espace de divertissement. D'un point de vue technique, c'est heureusement la même approche. C'est pourquoi on offrira une solution qui conviendra à tous les marchés" rassure Elmar Frickenstein.

bmw concept
 BMW a aussi profité du Salon de Francfort pour présenter son concept Vision Dynamics. © AndroidPIT

L'intelligence artificielle, le défi le plus important pour les voitures autonomes

Car 2021 c'est presque demain, BMW a déjà bien entamé sa révolution pour atteindre son objectif. Outre une nouvelle manière de travailler en interne plus proche du monde des startups, le fabricant germanique s'est associé avec le groupe informatique américain Intel, davantage capable de leur offrir une architecture modulable, et la société israélienne Mobileye spécialisée dans la vision artificielle. Résultat, BMW a déjà mis sur les routes en 2017 une première flotte de 40 véhicules autonomes avant progressivement de l'augmenter au cours des prochaines années (200 d'ici deux ans).

L'objectif ? Récupérer le maximum de données possibles pour analyser et améliorer l'intelligence artificielle de leurs véhicules, car comme le rappelle le Vice-président sénior de la conduite autonome de BMW, "notre défi le plus important c'est l'intelligence artificielle et sa capacité à apprendre".

Notre défi le plus important c'est l'intelligence artificielle et sa capacité à apprendre

Leur flotte de voitures autonomes leur offre donc beaucoup de données qui sont utiles à l'apprentissage automatique (machine learning) de l'intelligence artificielle. A ce jour, la recherche sur les véhicules autonomes de BMW a ainsi accumulé 60 pétaoctets (ou 60 millions de gigaoctets) de données. BMW a donc dû construire, avec l'aide d'Intel, son propre data center à Munich pour stocker toutes ses informations. Des informations que le constructeur garde d'ailleurs privées et qu'il ne partagent pas avec des tiers. "Lorsqu'un client achètera une voiture autonome, il acceptera dans un contrat séparé de partager ses données avec BMW mais celles-ci resteront privées, anonymes et ne seront jamais partagées."

bmw z4 concept
La voiture autonome de 2021 de BMW sera t-elle aussi jolie que le concept préfigurant le nouveau BMW Z4 ? © AndroidPIT

Une règlementation également opérationnelle dès 2021 ?

Si BMW affirme vouloir commercialiser son premier véhicule de niveau 5 dès 2021, il reste quand même deux défis majeurs au constructeur pour véritablement imposer la voiture autonome. Le premier consiste à rassurer certains utilisateurs toujours méfiants de laisser le contrôle total de leur véhicule à une machine. Sur ce point, Elmar Frickenstein se montre assez optimiste : "La confiance des gens repose sur la sécurité de la voiture autonome. Nos tests en interne montrent que si les dix premières minutes peuvent paraître inquiétantes pour certaines personnes, ce n'est pas absolument plus le cas après une heure de conduite." 

Quant au second défi, à savoir si les infrastructures et la législation seront prêtes d'ici là, BMW travaille déjà sur le sujet et se montre aussi positif. "Nous ne sommes pas seuls. Nous collaborons avec de nombreux autres partenaires et constructeurs. Nous avons par exemple déjà des discussions légales avec les gouvernements pour nos tests." Enfin, l'autre argument avancé par Frickenstein qui pourrait faire accélérer les choses est la diminution des accidents grâce aux voitures autonomes. 

Reste désormais à voir si cet optimisme sera confirmé dans les années à venir et comment les différents constructeurs automobiles chercheront à nouer encore des alliances pour partager les coûts élevés liés au développement de véhicules autonomes qui, selon la société de conseil Frost & Sullivan, devraient représenter 10% à 15% des modèles en circulation en Europe d'ici 2030.

Croyez-vous en l'arrivée des voitures autonomes ? Quels sont selon vous les freins à son développement ?

10 partages

4 Commentaires

Ecrire un nouveau commentaire :

  • Coté leglisation il y a du boulot :
    Est ce que le permis sera toujours nécessaire? A qui la responsabilité en cas d'accident? Seront elle une concurence déloyale envers les taxis?...


  • La possibilité pour les constructeurs d'intervenir sur le véhicule (par exemple : rajout d'autonomie à distance par Tesla lors du cyclone Irma en Floride) sans l'assentiment ou la permission du soi-disant propriétaire de l'automobile n'est pas de nature à faire penser que les véhicules autonomes sont un choix pleinement réfléchi et dicté par la seule "autonomie" de leurs propriétaires.

    Une automobile autonome acquise au prix où elles sont proposées doit donner au minimum à son propriétaire le sentiment qu'elle lui appartient entièrement et que seules ses décisions lui reviennent.
    Tesla n'a pas "tout compris" des motivations de "l'homo automobilus !

    Ceci est juste un exemple du changement de mentalité requise pour "populariser" ce type de locomotion.


  • Et le prix de ces voitures bourré d'électronique???C'est sûrement le plus grand mystère!


  • Luna depuis 2 mois Lien du commentaire

    Sur ce point, Elmar Frickenstein se montre assez optimiste ....Lol , faut le prévenir qu'avec son nom ça ne va pas être possible 👹

Nous utilisons les cookies sur ce site pour améliorer votre expérience utilisateur. Plus d'informations