Nous utilisons les cookies sur ce site pour améliorer votre expérience utilisateur.

10 partages 11 Commentaires

2017 : l'année de l’intelligence artificielle

Les assistants personnels appartiennent à une catégorie fondamentale du secteur high-tech en 2017, et tout comme ce qui s’est produit en 2014 ou 2015 avec les smartwatchs, on prévoit que c’est le prochain marché qui va être estimé à plusieurs dizaines de millions d’euros en bénéfices. Qu’est-ce que les géants de la tech ont derrière la tête ? Et qu’est-ce que cela signifie pour les utilisateurs et nous autres, les journalistes spécialisés high-tech ?

Les assistants personnels numériques avec une technologie d’intelligence artificielle (IA) seront bientôt partout. Des exemples ? Il y en a à la pelle : Google Assistant, Siri (Apple), Cortana (Microsoft), Alexa (Amazon, bientôt sur les smartphones Huawei aux États-Unis), Bixby (Samsung), Viki (selon la rumeur, sur les prochains Nokia). HTC et Sony les rejoindront bientôt avec leurs propres assistants personnels intelligents liés à leurs produits. Et il est très probable que la liste va encore s’allonger.

Google i o Home 00
Google Home : l’Assistant intelligent de Google. © Google

Derrière tous ces services se cache un principe : celui du "machine learning" (l’apprentissage automatique). À partir de toutes les informations à leur disposition, ces assistants génèrent des conseils et recommandations. Ces appareils sont contrôlés par la voix et les plateformes les utilisant sont pensées comme une centrale pour le smartphone : Alexa contrôle beaucoup d’appareils de domotique, Google Assistant sera bientôt capable d’en faire autant. Samsung vient d’annoncer que Bixby était conçu comme une plateforme qui pouvait être étendue par des applications tierces pour les doter de fonctionnalités supplémentaires.

Et si on se fie aux publicités de présentation, tout cela a très belle mine. L’assistant fait quasiment partie de la famille, il sait qui est le père de famille, le fils ou se souvient des rendez-vous, se charge de réserver des places de cinéma ou de livrer des repas. On peut en voir la preuve en vidéo, où il est démontré comment Google et Amazon intègrent l’Assistant et Alexa dans notre quotidien.

Opinion by Hans-Georg Kluge
Les assistants numériques arrrivent. Que cela nous plaise ou non.
Qu'en pensez-vous ?
50
50
67 votants

Google Home

Google Assistant

Amazon Alexa

Tous ces produits sont très pratiques, et grâce à eux 2017 s’annonce comme l’année des assistants personnels numériques. Ce type de vidéos est très clair et sont très bien reçus dans la majorité des événements. Ces petits génies du quotidien se chargent de tâches ingrates comme allumer la lumière avec l’interrupteur ou nous connecter à notre compte MyTaxi, Amazon et bien d’autres.

Malgré les apparences, tout n’est pas si rose, puisqu’il faut que les constructeurs et fournisseurs continuent à être compatibles avec ces produits. Puisque par définition, ils se basent sur l’apprentissage automatique, ils ne sont jamais vraiment finalisés, et par là même, on ne peut pas les évaluer définitivement. Et cela présente de nouveaux défis.

La protection des données va être difficile à garder

Tous les assistants personnels ont un point commun : ils ne commencent à être vraiment utiles que si l’utilisateur entre toutes ses données. Et cela peut avoir beaucoup de conséquences graves.

1. Les analyses et comparatifs deviennent beaucoup plus difficiles

Un aspect central se dégage, pour ainsi dire, au moment de rendre compte de ces technologie : quiconque souhaite écrire sur les assistants personnels et réaliser un test comparatif devra fournir les données personnelles nécessaires aux différentes compagnies sortant les appareils. Les tests comparatifs seront bien plus difficiles à effectuer : est-ce que Cortana est meilleur qu’Alexa ? Est-ce que l’Assistant de Google donne de meilleurs conseils que Bixby ? Des questions pertinentes, qui ne sont pas faciles à résoudre à court terme.

Il est pratiquement impossible d’établir une description simple des fonctionnalités d’un assistant personnel. En lieu et place, les environnements respectifs, les appareils existants et les besoins de chaque utilisateur sont d’une grande importance : ce qu’une personne considère important sera perçue comme inutile par une autre. Cette individualisation générale nous offre un large éventail de nouveaux défis.

2. Faire ses preuves rapidement ? Pas si facile

Un autre aspect est préoccupant pour les lecteurs : il est quasiment impossible d’évaluer ou tester un de ces services sans devoir fournir une grande quantité, comme l’accès à des listes de courses ou des rendez-vous sur l’agenda personnel. Mais on parle aussi d’informations plus sensibles comme : où vis-je ? Où est mon lieu de travail ? Quelles sont mes habitudes ? Quel est mon trajet pour revenir chez moi ? Quels artistes, films ou domaines d’actualité m’intéressent ?

Le point le plus important réside dans la capacité de l’assistant à s’adapter à ses utilisateurs au fur et à mesure du temps, et ainsi proposer plus de services personnalisés.

3. Le concept-clé, la vie privée et la protection des données personnelles

Comme on l’a précédemment évoqué dans cet article, tout cela ne manque pas d’hérisser le poil de tous les défenseurs des données personnelles et de la vie privée. En effet, l’assistant a accès aux données qu’il analyse et stocke. Grâce à eux, des gigantesques profils d’utilisateur détaillés voient le jour, et on peut obtenir toutes sortes d’informations personnelles.

Évidemment toutes ces données sont sécurisées. C’est cette phrase qu’on entend parfois pendant les présentations. Mais comment peut-on en avoir le cœur net ? Ce qui est certain, c’est que ces énormes masses de données aiguisent les appétits : ceux du marketing, de la publicité et des recommandations d’achat. Il ne faudra sans doute pas longtemps avant que ces assistants se révèlent sous leur vrai jour.

De toute façon, il existe déjà une grande quantité d’information relative aux clients. Quiconque a observé les panels de Google peut consulter ses résultats de recherche remontant à une décennie. En ce sens, il y a bien une chose qu’on doit reconnaître : les assistants sont des outils de collecte de données, et en même temps ne sont rien de plus qu’un moyen de plus d’accès à l’information. Google le surnomme « un Google rien que pour vous ». Mais le développement de l’Assistant n’a pas été si désintéressé que ça.

Opinion by Hans-Georg Kluge
La protection des données est un des points d’achoppement de beaucoup envers l’intelligence artificielle.
Qu'en pensez-vous ?
50
50
40 votants

D’abord, il y a les faits : les fabricants testent les assistants numériques et les introduiront sur le marché. C’est ce qu’on a pu voir au CES, où Amazon a annoncé plusieurs partenariats relatifs à Alexa. Le directeur général de Google, Sundar Pichai, est aussi totalement convaincu d’un « nouveau monde autour de l’intelligence artificielle ».

Est-ce que le grand public adoptera ces produits ? Est-ce qu’à long terme, les utilisateurs de toutes ces technologies les verront comme un moyen d’améliorer leur quotidien ? Quid de la protection des données personnelles ? Toutes ces questions fascinantes, et bien d’autres, se posent en 2017.

Est-ce que vous achèterez un de ces assistants ? Ou est-ce que vous êtes sceptiques envers ces technologies et leurs éditeurs ? Quelles seraient, selon vous, les caractéristiques-clés pour un assistant personnel ? Discutez-en avec nous dans les commentaires !

10 partages

11 Commentaires

Ecrire un nouveau commentaire :

  • Ma première attitude sera probablement de voir venir, laisser essuyer les plâtres aux plus enthousiastes et décider seulement ensuite d'une décision quand même bien plus engageante qu'elle ne le paraît.
    Rideau à toi de jouer... je compte les points.


  • Luna depuis 10 mois Lien du commentaire

    Avec 6 questions va me falloir 2 jours pour répondre....mais ça fait peur !!!
    je note : " peut consulter ses résultats de recherche remontant à une décennie"
    ====>ça en fait un tas de trucs que je n'aurai pas du faire 😵
    je note : "des gigantesques profils d’utilisateur détaillés voient le jour, et on peut obtenir toutes sortes d’informations personnelles."
    ====>j'espère que c'est pas le même 😱
    je note : " Il ne faudra sans doute pas longtemps avant que ces assistants se révèlent sous leur vrai jour."
    =====> quel genre de jour ?? un gentil mignon 😉 ou un Frankenstein 👹👽👻☠️
    ET BIEN C'EST GAGNÉ JE SUIS MORT DE TROUILLE.


    • T'inquiètes pas comme ça, tous les concepteurs d'assistants personnels ont prévu de te rassurer pour que leur donne gentiment tout les données que tu n'as pas encore souhaiter leur laisser.
      "Ils ont le moyen de te faire parler", je blague enfin presque car tu as trop de valeur pour qu'il t'abandonne au profit de la concurrence.
      Ils s'y prendront d'abord par la persuasion bon enfant du genre : "Il faut savoir être de son temps", ils te motiveront de manière plus persuasive en insistant sur le côté indispensable de s'y mettre pour ne pas "être à côté de la plaque" ou la supériorité de leur assistant par rapport à leurs concurrents mais sans trop insister sur les données dont ils ont pourtant tant besoin.
      Mais tant que tu tiendras à allumer et éteindre ton chauffage et ses ampoules ou a rester pleinement humaine, tu pourra résister... 1984, d'Orwell n'est pourtant pas si loin.


      • Rideau depuis 10 mois Lien du commentaire

        Il suffit du mot "intelligence artificielle" dans l'article pour que tous les défenseurs de la protection des données personnelles se mettent à attaquer… toutes tes informations sont déjà bien au chaud dans les jolis data centers de Google&Co, à moins que tu ne vives sans wifi ni 4G. Alors assistants vocaux ou pas, tu n'as aucun soucis à te faire pour elles.
        Et je ne vois pas en quoi un assistant domestique ou sur ton téléphone prendrait plus d'informations que ton téléphone, il a déjà accès à tes messages, historique de recherches, utilisation de ton téléphone, utilisation des applis et positions ainsi qu'à tes coordonnées bancaires. Et l'assistant vocal de ton téléphone fait plus ou moins la même chose que Home/Echo. D'autant plus que cette collecte d'informations est essentielle au fonctionnement du service, et que sans tes informations personnelles un assistant personnel n'aurait plus aucun intérêt. Je ne dis pas que les données ne serviront pas aussi à proposer de la publicité ciblée SUR ET UNIQUEMENT SUR LA RÉGIE PUBLICITAIRE DE GOOGLE pour Google Assistant (parce que la publicité représentait ≈ 90% des revenus d'Alphabet avant MadeByGoogle et que Alphabet est une machine à fric, pas une ONG qui lutte pour le bien de tous), mais un assistant personnel ne serait pas personnel s'il ne collectait pas nos données personnelles, tout comme un stylo bille ne serait pas un stylo bille sans bille.

        (Des fois on en entend des particulièrement féroces qui disent que les assistants vocaux sont en permanence activés et enregistrent tout ce que tu fais chez toi… notre espèce est amusante parfois !)


      • Luna depuis 10 mois Lien du commentaire

        ça me rassure un peu, mais je dors avec mon smartphone =_=


      • C'est fou ce que Google et consorts nous veulent du bien sans savoir si on y est intéressé, je n'ai plus qu'à aller brûler des cierges pour les remercier.
        A part les sociétés sans libertés avec lesquelles nous commerçons et échangeons sans sourciller, il n'y a pas d'autres types de sociétés aussi intéressées par notre vie privée mais puisque c'est pour notre bien, il ne faut surtout pas y trouver à redire ni même s'interroger puisque nous ne pouvons pas faire autrement (au moins pour les apologistes du système) et chercher à comprendre est parfaitement odieux tout au moins pour qui le sens du mot liberté n'est qu'un accessoire, c'est vrai que la liberté et les affaires n'ont jamais bon ménage.

        Et c'est bien connu, puisqu'on ne peut faire autrement c'est forcément bien, j'ai failli écrire férocement bien.
        Quand c'est donc qu'on déboulonne le mot "liberté" de notre devise, les choses deviendront beaucoup plus claires et on verra aussitôt que les deux autres ne sont pas plus utiles que la première.


      • Luna depuis 10 mois Lien du commentaire

        " Férocement bien" est la bonne formule, elle suggère exactement ce qui doit être suggéré.


      • Et le force de la suggestion est bien plus forte que la réalité elle-même.


  • AvisAile depuis 10 mois Lien du commentaire

    ok, c'est bien beau tous ça, mais j'attends toujours Google assistant en français déjà :-/


  • Tiguan depuis 10 mois Lien du commentaire

    A la question: "Est-ce que vous achèterez un de ces assistants ? " je répondrais que pour le moment je demande à voir et à connaitre le budget pour commander tout ça car le coté domotique coûte un bras . Pour le moment j'arrive à commander mes lumières avec Google, à les déclencher à distance , à voir mes caméras, à demander la musique que je veux, déclencher un chauffage d'appoint avant de rentrer et tout ça pour pas grand chose et sans abonnement .

Nous utilisons les cookies sur ce site pour améliorer votre expérience utilisateur. Plus d'informations