Nous utilisons des cookies sur nos sites web. Des informations sur les cookies et sur la manière dont vous pouvez vous opposer à leur utilisation à tout moment ou mettre fin à leur utilisation sont disponibles dans notre Déclaration de protection des données.

Apple attaqué en justice aux US pour les loot boxes dans les jeux de l'App Store

Apple attaqué en justice aux US pour les loot boxes dans les jeux de l'App Store

Apple fait l'objet d'un recours collectif aux Etats-Unis pour ses "pratiques prédactrices" favorisant les loot boxes dans les jeux de l'App Store. 

C'est le site Apple Insider qui a relayé l'information ce week-end selon laquelle Apple aurait été attaqué en justice vendredi 12 juin après le dépôt d'une plainte collective, déposée en Californie, qui s'attaque surtout à la présence de loot boxes dans les jeux du catalogue de l'App Store.

Véritable fléau du jeu mobile, les loot boxes sont la progéniture bâtarde du modèle freemium, un business quasi-indispensable sur un marché du jeu mobile où les joueurs sont habitués à télécharger leurs applications gratuitement moyennant l'exposition à des publicités. Mais parce qu'il faut toujours gagner plus, l'industrie vidéoludique a introduit le concept de loot boxes. 

Cette mécanique de jeu consiste à vous faire acheter des packs ou des lots de récompenses virtuelles et aléatoires. Elle a fait l'objet de nombreux débats, particulièrement en 2017, sur la question de leur moralité et leur très forte- vraiment très, très forte- ressemblance aux jeux d'argent. 

Des débats qui ont abouti à ce que l'UE, à défaut de reconnaître qu'il s'agit là de jeux d'argent et de bannir cette pratique comme en Belgique, a modifié le système PEGI (le système européen d'évaluation des jeux vidéo) en imposant une mention sur la jaquette d'un jeu avertissant les consommateurs sur la présence d'achats intégrés et aléatoires. 

Des "pratiques prédatrices": un comble pour Apple

Apple est réputé pour avoir la politique la plus stricte, et parfois abusive, pour les développeurs d'applications tiers. Cuppertino s'est même érigé en parangon de la moralité du jeu mobile en modifiant fin 2017 ses conditions d'utilisation de l'App Store et obligeant les développeurs à clairement annoncer quels types d’objets contiennent les loot boxes dans leurs applications.

Apple en a également remis une couche avec le lancement d'Apple Arcade en septembre 2019, un service payant de jeux mobiles garantis sans publicités et sans micro-transactions. C'est donc un comble pour Apple que son App Store devienne le bouc émissaire des moralistes vidéoludiques. 

Et pourtant, le géant californien est accusé dans cette plainte de "se livrer à des pratiques prédatrices" et de faire la promotion des paris. C’est ici le caractère aléatoire des loot boxes qui est pointé du doigt, au même titre que leur potentiel addictif sur les plus jeunes.

À noter que l'une des demandeuses évoque le cas de son fils qui aurait utilisé sa carte bancaire à son insu pour payer des achats in-app... à hauteur de 25 euros. Une somme dérisoire pour certains qui pourrait coûter bien plus cher si la justice américaine tranche en faveur des plaignants. 

Mario Kart Tour, Call of Duty: Mobile et bien d'autres jeux mobiles (qu'on retrouve aussi sur le Google Play Store) sont bourrés de micro transactions et d'achats in-app totalement aléatoires. Certains jeux, comme Call of Duty, jouent la carte de la fausse transparence en affichant le pourcentage de chances qu'on a d'obtenir une récompense. 

Mais tout est fait pour inciter le joueur ou la joueuse à continuer de payer pour finalement atteindre une somme bien supérieure à celle qu'il/elle aurait accepté de payer pour le jeu en lui-même. Il faudra donc suivre cette affaire de près, le lobbying en soutien aux loot boxes étant très puissant. 

À lire également sur AndroidPit France: 

Derniers Articles

Articles recommandés

Pas de commentaire

Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition
Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition