Nous utilisons des cookies sur nos sites web. Des informations sur les cookies et sur la manière dont vous pouvez vous opposer à leur utilisation à tout moment ou mettre fin à leur utilisation sont disponibles dans notre Déclaration de protection des données.

Opinion 5 min de lecture 11 Commentaires

Le "bien-être numérique" d'Android Pie me rend malade

La Silicon Valley, berceau de tant de technologies en vogue, semble parfois très soumise aux modes du moment, voire à des mouvements que l’on qualifierait aisément de sectes (n’oublions pas que nous sommes en Californie). Tout cela a un impact sur nous par le biais des technologies que nous utilisons. Ainsi, Android Pie débarque en intégrant la dernière tendance : le bien-être digital. Ô joie.

Cela fait un moment que la notion de bien-être fait partie des grandes thématiques à la mode dans le monde de la technologie. L’idée commence à devenir concrète, en proposant de limiter notre propre utilisation des smartphones afin d’accroître notre bien-être. C’est Apple qui a commencé, et je me suis gaussé en me disant que l’archétype de l’utilisateur accro à Apple et vouant une quasi-vénération à la marque à la pomme avait certainement besoin d’un peu de babysitting. Mais Google est désormais entré dans la danse avec les outils de bien-être digital inclus dans Android P : la preuve que l’idée fait son chemin et commence à s’imposer. Pourtant, soyons francs : nous n’avons pas vraiment besoin de ces outils.

Que signifie exactement le bien-être digital ?

Le bien-être digital désigne un ensemble d’applications et de fonctionnalités encourageant ce que Sundar Pichai (le PDG de Google) appelle la « joie de manquer quelque chose » (en contraste avec la « peur de manquer quelque chose »). C’est une manière polie de dire que la firme propose un pansement pour tenter de couvrir l’anxiété sociale qu’elle a délibérément créée. Ca y est, on s’amuse ?

DigitalWellbeing Blog
Voilà à quoi ressemble le bien-être digital. © Google

Les quatre cavaliers du bien être digital ? Le dashboard, qui vous propose des statistiques détaillées sur l’usage que vous faites de votre téléphone ; les app timers qui limitent votre propre usage des applications ; une fonction ne pas déranger améliorée qui permet de travailler en évitant les distractions lorsque vous êtes en société ; et une nouvelle fonctionnalité wind down encourageant les utilisateurs à se déconnecter la nuit.

Je ne suis pas opposé aux innovations, mais disons les choses clairement : tout ceci peut être fait bien plus simplement. Il suffit de poser son téléphone lorsque l’on fait autre chose, d’arrêter d’utiliser une appli lorsqu’on le souhaite et d’être attentif à ses amis. Ils le méritent. Avant de mettre des limites sur notre smartphone, nous devrions commencer par nous limiter nous-même.

A quoi peut-il servir ?

Bien sûr, les fonctionnalités de bien-être digital sont optionnelles. Ceux d’entre nous qui préfèrent le vice pourront vivre leur dépravation en toute impunité. La réponse aux abus dans l’utilisation des smartphones ne se trouve peut-être pas dans ces nouvelles fonctionnalités, qui ne sont finalement que de nouveaux objets d’obsession potentiels. Les outils de bien-être digital ont tout le potentiel pour générer à leur tour une bonne dose d’anxiété.

Si vous avez déjà subi d’interminables discussions à la machine à café avec un adepte du bien-être qui vous expliquait les bienfaits de sa dernière cure, et bien vous en avez ici l’équivalent digital. Les gourous de la Silicon Valley sont déjà convertis aux bienfaits de la méditation et se préoccupent pour la santé et la productivité. Voici leurs idées mises en pratique dans les logiciels de nos smartphones.

Le bien-être digital n’est en rien différent de toutes les modes que l’on a vu défiler ces dernières années. Si l’utilisation de votre smartphone vous provoque de l’anxiété, rien ne changera. Vous vous sentirez peut-être mieux pendant un moment parce que vous appuyez sur quelques boutons, et recevrez un gentil message de félicitations parce que vous avez utilisé votre smartphone 20 minutes de moins aujourd’hui.

Si Google, Apple et les compagnies de technologies souhaitent contribuer au bien-être collectif, ils ont pourtant un certain nombre de pistes pour savoir où commencer. Améliorer les conditions de travail dans leurs usines et tenter de rendre plus éthiques l’approvisionnement en matériaux de base serait un bon début. Limiter les systèmes d’achats in-app vicieux serait également bienvenu. Avec le bien-être digital, les compagnies de technologies veulent montrer qu’elles accordent de l’importance à leurs utilisateurs. Mais ce n’est qu’un artifice visant à redorer leur image de marque face aux nombreuses critiques dont elles font l’objet sur leur rôle dans l’anxiété d’un grand nombre d’utilisateurs.

androidpit smartphone addict hero 2
Est-ce la bonne façon de traiter l’addiction aux smartphones ? © AndroidPIT

Toutes ces nouvelles fonctionnalités (que vous pouvez d’ores et déjà tester sur les Google Pixel) auront peut-être quelques vertus, mais je reste convaincu que la réponse ne se trouve pas dans ces quelques fonctionnalités supplémentaires pour notre smartphone. Sans compter que l’attitude paternaliste de ces géants de la technologie ne joue clairement pas en leur faveur. Cela ne m’empêche pas d’attendre avec curiosité Android P et ses nouvelles fonctionnalités. Mais en termes de bien-être digital, je crois que je préfère être mon propre docteur.

Que pensez-vous du bien-être digital ? S’agit-il de fonctionnalités utiles ou d’une simple façon de faire le buzz ?

Source : Google

11 Commentaires

Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition

  • Bonjour,

    A mon avis toutes ces fonctionnalités sont plutôt mises en place pour dédouaner la firme en cas de futurs procès...

    N'oublions pas que les médecins et pédiatres commencent à dénoncer les méfaits des portables sur la santé, notamment celle des plus jeunes...

    De sérieuses études ont mis en évidence une corrélation entre addiction au smartphone et augmentation des cas d'autisme précoce... Sans parler de la baisse généralisée des capacités d'attention et de concentration chez les enfants et ados, qui freinent l'apprentissage et la mémorisation, et sont soupçonnées d'amener à une baisse du quotient intellectuel moyen...sur toute la population...

    Vous mettez tout ceci bout à bout, et vous prenez l'aspect très procédurier qui existe outre Atlantique, et vous obtenez un risque juridique non négligeable...surtout avec la possibilité de class actions, qui arrive même chez nous en Europe...

    Les palanquées d'avocats qu'une firme comme Google peut se payer, n'auront pas manquer de pointer ce risque et d'essayer de s'en prémunir.

    Pour le reste, entièrement d'accord avec le propos de l'article : je rajouterai juste que s'ils voulaient vraiment que nous nous débranchions plus souvent de la drogue qu'ils ont inventée, commercialisée et qu'ils continuent à promouvoir, ils feraient autrement que ces pauvres mises à jour en forme de justifications...Tout ceci ne berne personne, ils ne vont pas se tirer une balle dans le pied...


    • Non seulement, je suis d'accord mais, en plus, c'est bien écrit.
      Et je constate que de plus en plus de personnes se rendent (enfin) compte des méfaits entraînés par ces technologies qui ravissent pourtant une majorité guère soucieuse des conséquences réelles entrainées par leurs utilisations irréfléchies.
      La crétinisation et l'infantilisation ont toujours été les méthodes favorites utilisées par tous les pouvoirs ne cherchant qu'à se maintenir.


  • J'utilise Android Pie sur mon Pixel 2 XL depuis quelques jours et c'est une version plus raffinée à plusieurs égards, mais qui est incompatible avec certains logiciels du Google Store qui ne la prennent pas encore en charge. Connectivité avec mes Chromecast qui plante de façon intermittente. Rapide et bonne gestion de la pile pour les vrais plus. Bon pour les techno-geeks quoi ^_^


  • Luna depuis 2 mois Lien du commentaire

    les gens ne sont pas accro à leur mobile, mais aux reseaux sociaux.
    Si demain, il n'y plus aucun réseau sur mobile , l'addiction va d'un coup avoir comme du plomb dans l'aile ...


    • Hello
      Alors complètement d accord avec vous , je vois des utilisateurs se plaindre de la durée de leur batterie , mais nombre qui font un check-up 50 fois par jours pour regarder les notifications FB, Insta, Snap etc....je n' ai rien de tout ça , mon Nokia 8 tient a l aise 1 1/2 sans recharge .
      Tout ça pour dire que effectivement mon portable est une vrai prothèse pour moi , mais professionnellement....et pourtant je suis un Geek ....mais j ai banni les réseaux sociaux de mon mobile ....et il m arrive de ne pas le toucher pendant toute une soirée ....
      Ces réseaux sociaux sont une vrai calamité pour nos jeunes .... Et j en ai 48 ....


  • Je n'aurais pas dit mieux. Certains ont encore du bon sens, c'est bon à savoir.


  • Et si vous trouvez ça normal c'est que vous même êtes accroc a votre smartphone ...


  • Honnêtement suffit d'observer les gens dehors , au travail , ou même ça propre copine qui sont en permanence sur leurs smartphones ... Ça devient grave! Après peut être que vue que je fais parti de la génération sans smartphones j'arrive mieux a voir a quel point les gens sont accrocs a leurs mobiles ... Même dans les transports en commun , les hôpitaux et j'en passe de plus en plus de gens bloquer sur leurs smartphones ... Ont a de moin en moin de contact humain ...


  • C'est pas nouveau ils ont commencer à faire ça sur PC sur certain jeux vidéo . Qui t'alerte quand ça fait trop longtemps que tu joue dessus . Ça paraît débile mais de plus en plus de gens sont accroc a leurs smartphones . Il existe aussi déjà des applications sur playstore qui font ce genre de chose qui t'aide a éviter de trop utiliser ton smartphone . Si Google commencent a le faire c'est certainement pour ce dédouaner et dire ce n'est pas à cause de nous si les gens sont accroc a leurs mobile on a même implanter tel ou tel système de prévention pour le prouver . . .


  • Je pense que c'est une arnaque médiatique et commerciale. La responsabilité de la déconnexion est individuelle.


  • Ce n'est pas une simple manière de faire le buzz.

    C'est, après nous avoir longtemps pris pour des enfants en apportant des facilités que personne n'imaginait, un moyen de soi disant guérir de cette sale maladie moderne de vouloir nous tenir la main en imaginant que l'on peut "la reprendre" avec quelques fioritures logicielles inefficaces.
    En quelque sorte, un moyen de se dédouaner à moindre coût.

    Il fallait (ou il aurait fallu) ne pas se laisser embarquer par des "nouveautés" sans grand intérêt mais vantées en grande pompe par un marketing omniprésent mais en prenant le recul nécessaire sur les conséquences à venir de leur utilisation.

    Rester indépendant au maximum de technologies (ou au moins se poser des questions sur leurs réelles utilités) auxquelles les entreprises de la hig-tech veulent nous asservir à tout prix me semble encore plus de bon sens aujourd'hui qu'hier.

Articles recommandés