Nous utilisons des cookies sur nos sites web. Des informations sur les cookies et sur la manière dont vous pouvez vous opposer à leur utilisation à tout moment ou mettre fin à leur utilisation sont disponibles dans notre Déclaration de protection des données.

OPINION 5 min de lecture 8 Commentaires

Oui, Amazon fera faillite un jour et ce n'est pas une mauvaise chose

Jeff Bezos est actuellement confronté à une importante situation de panique créée par.... lui-même ! Le PDG d'Amazon a expressément déclaré à l'un de ses employés que le géant du commerce électronique pourrait faire faillite à tout moment. Analysons tout cela.

Lors d'une réunion à Seattle, un employé a interrogé Jeff Bezos sur l'avenir d'Amazon. Plus exactement, l'homme cherchait à savoir quelles leçons Bezos avait tiré de ses échecs précédents et de ceux d'autres grands détaillants. La réponse du PDG d'Amazon a été la suivante : "Amazon n'est pas trop grande pour éviter l'échec. En fait, je prédis qu'un jour Amazon échouera. Elle fera faillite. Si vous regardez les grandes entreprises, leur durée de vie a tendance à être de près de 30 ans, et non de cent ans.

Bezos veut que son entreprise repousse l'échéance aussi loin que possible avec un seul objectif : se concentrer exclusivement sur les clients plutôt que sur l'entreprise car cela représenterait la fin de l'empire. Ce qui a choqué tout le monde, c'est que ce commentaire intervient à un moment de succès sans précédent pour Amazon, qui ne fait que marquer une croissance continue dans le commerce de détail, mais aussi sur le marché du cloud computing et de la maison intelligente après l'adoption de son assistant vocal Alexa.

jeff bezos
Jeff Bezos, PDG d'Amazon, a une fois de plus contrarié ses employés. © Getty Images

Pure folie ? Non, c'est vrai !

Vous savez quoi ? Bezos a tout à fait raison. La plupart des gens ne seront peut-être pas d'accord, mais c'est une erreur très banale qui est souvent commise. Vous vous demandez peut-être : "Comment pouvez-vous penser à l'échec alors que tout va si bien ?" C'est précisément dans ces moments-là qu'il faut s'inquiéter, surtout quand il s'agit d'un géant comme Amazon. Son expansion augmente d'année en année, il suffit de penser qu'au cours des huit dernières années seulement, ses effectifs ont augmenté plus de vingt fois, dépassant les 600 000 employés et quadruplant sa cote boursière.

De plus, ce n'est pas la première fois que Bezos aborde avec ses employés la question de la taille de son entreprise. Déjà en mars, lors d'une autre réunion, il avait lui-même déclaré qu'une grande entreprise comme Amazon doit être strictement réglementée en raison de son pouvoir et de son influence considérables.

Ce n'est pas un mauvais raisonnement : les entreprises comme Bezos feraient bien de collaborer autant que possible avec les agences gouvernementales, en essayant de trouver tous les accords possibles dans le domaine de la réglementation du marché afin d'éviter les violations des lois antitrust.

Enquêtes en cours

Il y a quelques jours à peine, le président Trump a déclaré que son administration examinait d'éventuelles violations des lois antitrust par Amazon. Entre-temps, l'Europe et le Japon enquêtent également sur une possible violation des données. Ce n'est pas une bonne situation, disons.

amazon echo 05
La famille d'appareils Echo, disponible en Italie depuis le mois dernier / © AndroidPIT

C'est pourquoi la grande influence du géant américain a conduit l'entreprise à obtenir aux Etats-Unis une situation de quasi-monopole. Il suffit de penser que cette année seulement, pas moins de 48% de toutes les ventes en ligne aux États-Unis ont été faites sur Amazon. Sans parler de son excellent service AWS (Amazon Web Service), de loin le leader des infrastructures de cloud computing, qui a conquis environ 34% du marché américain.

Bezos tient également à souligner qu'il est important de distinguer l'histoire d'Amazon de celle des autres géants de la technologie. Amazon a une excellente histoire à raconter car elle améliore la vie de ses clients, sans parler du fait que son modèle économique est complètement différent de celui de ses "collègues". Après tout, Facebook n'est pas Google, Apple n'est pas Amazon. Combattre des entreprises aussi grandes et bien ciblées n'a aucun sens.

Il faut tomber pour mieux se relever

Les erreurs sont à l'origine de l'apprentissage, c'est un outil nécessaire à la croissance. Vivre en toute tranquillité d'esprit avec la possibilité d'un échec est un élément clé dans le succès effréné d'Amazon. La faillite et l'innovation sont inséparables et, dans le cas d'une entreprise aussi importante que Bezos, une faillite entraînerait un changement majeur dans la balance des paiements. Avoir une culture de l'échec n'est pas seulement un chemin vers la croissance, c'est aussi un moyen de maintenir l'entreprise à flot à un niveau constant.

amazon business
Le modèle économique d'Amazon n'est rentable que depuis peu. © Nicolas Colan, The Family

Malheureusement, la société nous a toujours enseigné une vision incroyablement négative de l'échec, mais la réalité montre que parfois, si on échoue, on est plus à même de réussir. L'échec crée l'humilité parce que les erreurs vous rappellent que même si vous savez beaucoup de chose, vous avez toujours beaucoup à apprendre. Pour moi, c'est une source primaire de sagesse.

Le véritable échec, c'est quand on n'apprend rien. Vous devez toujours faire de nouvelles erreurs, jamais les mêmes, sinon vous n'apprendrez jamais. Comme le dit le sage Maître Yoda dans Star Wars - The Last Jedi : "Le plus grand maître de l'échec est".

Pensez-vous qu'un géant comme Amazon peut échouer ? Comment réagiriez-vous à de telles nouvelles ?

8 Commentaires

Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition

  • Osei Tutu depuis 2 semaines Lien du commentaire

    Amazon fait faillite ! Un autre prend sa place. C'est la roue du commerce. Le consommateur trouvera toujours quelqu'un à qui donner son argent.


  • louis hory depuis 2 semaines Lien du commentaire

    Ce système économique ultralibéral est autodestructeur par nature alors qu'Amazon (qui en représente un des fleurons les plus marquants) pense qu'il puisse disparaître n'est au fond qu'une conséquence logique.

    Cette déclaration de Jeff Bezos est surtout un moyen de maintenir la pression sur les employés pour qu'ils continuent à accepter sans broncher leurs tristes sorts.

    Le fait d'enfreindre les lois laxistes concernant à la fois l'équité du commerce aux États-Unis ou le respect de ses employés dans le monde entier n'est que l'application directe de sa stratégie de développement. Il se comporte comme les banques d'affaires (ou les autres GAFAM) au moment de la crise financière : "Too big tout fail".

    Ce qu'il ne lui garantit pas une surprise comparable à celle que Lehmann Brothers a rencontré en 2008.

    A vouloir rechercher le profit maximum sans en mesurer les conséquences on ne peut s'attendre qu'à ce type de catastrophe un jour ou l'autre.


  • HFE depuis 2 semaines Lien du commentaire

    Tout modèles économiques basés sur l'esclavage humain en terme de conditions de travail et de rémunération vont êtres remis en question prochainement, ce qui impliquera des disparitions...


  • Pirlo01 depuis 2 semaines Lien du commentaire

    Amazon n'echourra pas de si tôt car chaque année il s'implante dans un nouveau pays et avec la trésorerie qu'il détient il peut aussi s'accommoder pour le futur en imaginant la vente de demain , vous attendrez longtemps Amazon c'est le futur ....


  • skyrail depuis 2 semaines Lien du commentaire

    Moi, je me souviens d'une entreprise qui s'appelait Surcouf. Je l'ai vu grandir, de l'extérieur, en tant que client, pas régulier, mais fréquent. J'y suis allé souvent, même sans acheter.
    Quand je l'ai connu, c'était la foire, au sens propre du terme. Une foire, pas une entreprise, sans doute une asso ou juste un rassemblement de fournisseurs. C'était un peu comme au marché.
    Puis ils ont été achetés. Ils ont construit un vaisseau amiral pour s'installer, fournir des services autour de l'informatique, noué des partenariats avec les entreprises, des
    partenariats avec des fournisseurs attitrés.
    Ils ont ouvert des boutiques en province. C'est devenu un gros business.
    Puis, est venue la crise de l'ordinateur qui ne fait plus recette.
    Ils ont résisté, tant bien que mal, ils ont eu des conflits grandissants avec leurs employés.
    Ils sont tombés pour un problème avec un fournisseur. ça n'a pas trop traîné. La faillite était en route.
    Un jour, ils ont fermé la porte. En attendant, la Rue Montgallet est toujours là. C'est devenu difficile avec l'émergence de la vente par internet. Mais, ils ont toujours leurs aficionados et voient toujours beaucoup de monde acheter et faire réparer du matériel. On y fait toujours autant la queue au comptoir. Ils ont su se renouveler et ne pas se voir trop grand comme certains.

    Pour revenir à Amazon, il y a tous les ingrédients pour qu'ils puissent se casser la gueule un jour. Mais, le succès est là. Et tant que la machine tourne, il ne faut pas s'inquiéter.Cela dit, ils pourraient tomber de très haut.


  • Luna depuis 2 semaines Lien du commentaire

    Je connais un plus grand sage que Maître Yoda qui a écrit : " Je ne perds jamais, soit je gagne, soit j'apprends"

    Nelson Mandela...à chacun ses héros.

Articles recommandés