Nous utilisons des cookies sur nos sites web. Des informations sur les cookies et sur la manière dont vous pouvez vous opposer à leur utilisation à tout moment ou mettre fin à leur utilisation sont disponibles dans notre Déclaration de protection des données.

4 min de lecture 32 Commentaires

L'Europe est-elle prête à faire face au "défi chinois" ?

Vous pourriez penser que l'intérêt des médias pour la Chine est nouveau, qu'il s'agit d'un simple écho aux déclarations d'un président américain inquiet par la montée en puissance d'un concurrent. Cet immense pays inquiète pourtant depuis longtemps déjà, mais l'Union Européenne n'a pas vraiment pris le temps de se préparer au défi que représente cet immense marché.

L'évolution de la Chine inquiète

Lorsqu'il s'était rendu en Chine en 1989, Gorbatchev avait déclaré que "la muraille de Chine est un très bel ouvrage mais il y a déjà trop de murs entre les hommes". Il serait bien surpris de voir à quel point le monde a changé, il y a certes toujours un projet de mur outre-atlantique mais grâce à Internet, il n'y a plus grand chose qui puisse séparer les hommes (hormis leur propre bêtise, bien entendu). La Chine illustre bien la disparition des barrières : ce pays a beau être situé très loin de nous, il a pourtant réussi à s'inviter dans notre quotidien, particulièrement grâce à nos smartphones.

china flag 01
Tous les smartphones ne sont pas fabriqués en Chine, mais une très large majorité y est fabriquée là-bas. © crystal51 / Shutterstock

La Chine a réussi à devenir une super puissance, un acteur économique qui pèse tellement lourd dans la balance qu'il en effraye tous les autres grands acteurs économiques du monde. La Fédération allemande de l'Industrie, en allemand "Bundesverband der deutschen Industrie" (BDI), a d'ailleurs tiré la sonnette d'alarme, selon elle l'ascension de la Chine est un problème non seulement pour l'Allemagne mais aussi pour l'Europe. Le problème est subtil car il ne s'agit pas simplement d'un acteur influent sur le marché qui menace l'Europe. La manière de faire des Chinois est remise en cause, le lien étroit entre l'Etat et les entreprises chinoises ajoutent une dimension politique à l'économie, nous avons pu le constater dernièrement avec la captivité de la CFO de Huawei au Canada qui avait entraîné une forme de chantage économico-politique.

A cette peur de l'ascension chinoise s'ajoute un autre élément de taille : un sentiment de trahison. Lorsque la Chine a été acceptée à l'OMC en 2001, les Etats-Unis et la France ont pensé naïvement que la Chine s'adapterait à la manière de faire occidentale. Dans les faits, l'économie chinoise est toujours très centralisée et l'Etat tire de nombreuses ficelles. En d'autres termes, le capitalisme d'Etat. Il est donc facile de comprendre que ceci présente un gros déséquilibre de pouvoir entre les pays, particulièrement maintenant, où la technologie est plus puissante que jamais grâce aux avancées de l'Intelligence Artificielle et de l'apprentissage automatique.

EU flaggs hero
L'Europe doit se donner les moyens de rester compétitif. © Metro

L'Europe doit réagir

La BDI ne se contente pas d'alerter sur la menace que représente la Chine sur les marchés allemands et européens, elle met également un autre problème de taille en relief : les conséquences que les réactions des autres pays peuvent avoir à l'échelle internationale. D'une part, la Chine peut théoriquement trouver des alliés, particulièrement auprès de certains BRICS particulièrement la Russie et l'Inde. D'autre part, les Etats-Unis ont déjà montré un aperçu de la manière dont la situation pourrait dégénérer en conflit : des mesures politiques et protectionnisme accentué sont hautement probables.

Par conséquent, l'Europe doit être capable de garder la tête haute face à toutes les situations auxquelles elle peut être confrontée. La BDI a fait quelques propositions, elles ne seront peut-être pas acceptées mais la première marche vers une stratégie européenne est montée. Ceci aurait dû être fait depuis bien longtemps déjà, bien avant de devoir se soumettre au marché américain en terme de téléphonie, par exemple. Plusieurs mesures ont déjà été prises pour lutter contre des manières de pensée contraires aux principes européens, c'est notamment dans cette optique qu'est apparue le RGPD. 

Il est également intéressant de noter que le RGPD était créé, à l'origine, afin de calmer les ambitions un peu trop conquérantes des géants américains tels que Google et Facebook qui ont trouvé leur bonheur dans des données privées glanées à notre insu. Ce dernier concept est d'ailleurs une question de sémantique qui n'intéressera que les professionnels de la loi, car le fait est que les choses n'étaient pas claires pour les utilisateurs et, de toute manière, ils n'avaient une liberté de choix assez limitée : accepter ou refuser. Les soupçons d'espionnage qui pèsent sur Huawei, en revanche, n'ont pas été prouvés, ou tout au moins les résultats n'ont pas été publiés. L'idée est plausible, surtout dans le contexte politico-économique actuel, mais sans preuve cela ne reste qu'au stade d'hypothèse.

L'Europe doit désormais se réveiller et travailler sur des alternatives. Le budget alloué à la recherche en IA est un bon départ, mais elle a encore beaucoup à faire si elle veut rester compétitive.

Source : Les Echos

32 Commentaires

Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition

  • Bonjour,
    Bizarre l'occident, tant qu'il était vainqueur avec la "concurrence" capitaliste car il était le plus fort économiquement, la loi était ( et est encore par endroits) vive la concurrence, c'est le meilleur qui gagne. Maintenant que l'on a fait rentrer la Chine dans l'OMC après les avoir traités d’arriérés s'ils n'entraient pas dans le concert des nations "avancées", on pleure sur les conséquences!!! On pensait que les chinois allaient travailler pour nous pour rien? Ils faisaient déjà du commerce quand nous étions encore dans les grottes. De plus ceux qui pleurent sur ce que fait le Chine ( achat de terrains à l'étranger, achat de ports ...etc) l'on fait pendant des siècles et le font encore. Exemple: la Chine est montrée du doigt quand elle s'installe a Djibouti, mais que l'Amérique s'installe en mer de Chine c'est normal. Les économistes pleurent sur la main mise de la Chine sur l'économie mondiale et continuent leurs pleurs quand la croissance Chinoise baisse car elle tire l'activité mondiale, extraordinaire non?
    Bref pour l'occident ,il fallait faire un autre monde et je suis très content que l'occident écope de ce qu'il a crée et imposé.
    Amen


  • Dans ce conflit économique nous sommes un peuple à part et nous n'aurions jamais du nous accointer avec le reste de l'europe.
    1 grand pays agricole avec un climat exceptionnel très sous utilisé (le truc de NDL c'était cracher dans la soupe)
    2 un des pays touristiques le plus recherché des Chinois y compris dom-tom (ex ligne Réunion Pékin), ou j'habite c'est une moyenne de 3 châteaux par village.
    3 une des langues les plus parlées au monde sans doute un jour no 3.
    Alors s'arrimer à l'Euro était suicidaire, cette monnaie est 50% ou plus trop forte pour notre survie économique, chaque dévaluation était compensée par l'arrivée de + de touristes et ça c'était pas quantifiable, (économie souterraine c'est la France)
    Nous n'avons jamais fabriqué de smartphones ni d'écrans plats, what else?
    Quand à la qualité de leurs produits, elle est de plus en plus sans défaut.
    J'ai posé une pompe à chaleur reversible chinoise payée 249€ il y a 8 ans, aucun pb, le voisin une française payée 1700€ en panne 3 fois et autant de dépenses.
    A mon chef qui s'inquiétait des Chinois je lui ai répondu il sont 1 milliard qui ont faim et soif.
    Je sais ça n'amusera personne de devenir serveur ou paysan bio, mais c'est notre futur, et si j'avais 20 ans je reprendrais la tradition familiale: viticulteur, no-sulfites of course.


  • Pirlo01 depuis 2 semaines Lien du commentaire

    l'Europe à fermer des entreprises pour les délocaliser en Chine prétextant que la main d'oeuvre est moins chère , Apple fabriqué ses iPhones en Chine jusque là tout allais bien pour les finances des multinationales , mais pour le gouvernement Chinois c'était passager et ils en ont profité pour apprendre à fabriquer des smartphones grâce à Apple dans les usines de Foxconn et l'état Chinois à mis en œuvre une politique de redressement de l'économie en investissant dans l'enseignement et le savoir faire ils suffisait de copier ou de voler certaines technologie , certes vu d'Europe c'est pas très catholique mais vu d'Asie c'est juste rendre la monnaie de sa pièce aux multinationales crapuleux qui s'enrichit sur la misère des chinois , ils fallait bien renversé la tendance et le pire c'est qu'ils y sont arrivés , fabriquer des smartphones c'est aussi savoir fabriquer ça propre puce pour pouvoir rivaliser a Apple ou Samsung , Huawei fabrique sa propre puce le hisilicon kirin 980 dernier de la série , et Huawei est le numéro 2 mondiale devant Apple en chiffre de vente de smartphones dans le monde et cela fait très peur aux Américains , rappelons que Huawei est interdit de vendre ses smartphones sur le marché Usa donc sa prestation est d'autant plus méritant , pour finir peut-être qu'aux lieu d'avoir peur de la Chine nous devrions changer nos politiques en profondeur et donné plus de pouvoir a l'état pour qu'il puisse initier les grandes lignes du bon fonctionnement de l'économie et de l'innovation technologique , c'est peut être à nous de copier la Chine ...


    • louis hory depuis 2 semaines Lien du commentaire

      Si j'acquièce au constat sans aucun doute, ta solution globale de planification me rappelle trop la catastrophe soviétique pour que j'y adhère.

      Pour moi, il faut savoir associer les populations aux solutions économiques et non imposer brutalement des solutions ultra-libérales comme on peut le constater dans notre monde occidental.


  • locupus depuis 2 semaines Lien du commentaire

    Un fait est simple, si pas d'acheteur alors pas de vendeur et plus de marché !
    Si nos amis chinois vampirisent l'emploie et la production et que nous Européens nous n'avons plus de quoi acheter leurs produits ils se retrouveront avec un problème énorme, celui de produire pour rien. Le marché est subtile et simple à la fois. Il faut des producteurs et des acheteurs pour que le système fonctionne, que ce soit la chine comme l'Europe, le Japon ou les USA, le problème reste le même, tu produits et je t'achète mais je ne peux le faire que si tu achète mes produits sinon je n'aurai pas l'argent pour te payer. Finalement la masse monétaire ne change guerre, seule sa répartition bouge et si elle bouge de trop le système tombe, ce dont personne ne veut. Aujourd'hui la Chine renfloue les USA et l'Europe à coup de milliards, cela fonctionnait quand elle avait un taux de croissance à deux gros chiffres, mais aujourd'hui la situation à changée, le taux de croissance ralentit fortement et n'est plus que de un chiffre, et la chine commence à souffrir des déficits Américains et Européens, elle à tout intérêt à ce que nous nous portions bien.


    • louis hory depuis 2 semaines Lien du commentaire

      Un petit bémol quand même, le marché asiatique peut vivre en autarcie sans trop redouter la chute de l'Occident.
      De notre côté, cela semble tout à fait impossible d'imaginer se suffire de nos capacités internes bien affaiblies.

      En cas de guerre économique exacerbée (fortement imaginable) l'Occident aurait bien plus à perdre et les opinions publiques feraient tomber les gouvernements (c'est déjà en bonne voie aujourd'hui).
      De plus, tous les occidentaux savent qui possède le moral du vainqueur, pas la peine que je précise ma pensée...


      • Bien d'accord avec toi. Le marché chinois peut auto suffire pendant une bonne période car il n'est pas saturé. Ils ont maintenant un savoir faire que nous leur avions progressivement alimenté depuis des décennies. Ils peuvent tirer des ressources des partenaires africains (entre autres) qu'ils ont quasiment tous rallié. Il peuvent produire pour vendre à eux même car bon nombre de chinois sont encore des cibles. Pas pour rien que le gouvernement chinois a des objectifs d'éradication de la pauvreté en chine chaque année.


      • louis hory depuis 2 semaines Lien du commentaire

        Tout à fait, le marché interne chinois après avoir été l'objectif (jamais complètement réalisé) des multinationales occidentales devient "logiquement" le relai de croissance des sociétés chinoises.

        Et quand un ensemble de sociétés (industrielles, commerciales et services) associées à leur nation d'origine décide ce développement interne, c'est d'abord pour leurs intérêts propres bien avant le bien-être de la population.

        On a vécu cette situation en Occident et on en voit les conséquences désastreuses aujourd'hui.


    • skyrail depuis 2 semaines Lien du commentaire

      La Chine investit, déjà depuis quelques années, dans les économies africaines.
      C'est maintenant que les succès commencent à s'afficher, rien qu'à voir les réactions inquiètes des anciens mentors colonialistes, avec pour certains pays, une reprise en main des rouages politiques et économiques.
      Mais entre-temps, les chinois ont redonné du pouvoir d'achat à ces populations pour... mieux acheter des produits chinois.
      C'est un marché moins juteux, mais en pleine croissance et qui est potentiellement plus grand que l'Europe.


  • HFE depuis 2 semaines Lien du commentaire

    L'UE a détruit certaines entreprises depuis les années 80/90 pour les absorber, piller le savoir faire à coup d'OPA dans les années 80/90 pour enfin délocaliser en masse après 2000. Côté Français ce sont des centaines de milliers d'entreprises perdues et des millions de personnes sacrifiées au profit de la finance et des lobbies. Une bonne nouvelle, certaines entreprises relocalisent doucement après leurs échecs...


  • HFE depuis 2 semaines Lien du commentaire

    Non, car la Chine ne respecte aucune des lois fondamentales sur le plan ISO anciennes et cela reste un problème fondamental, mais les consommateurs sont friands de technologies qui ne durent qu'un an, deux au plus. Où est la période où nous avions des produits qui duraient 20 ans, 40 ans ?. Il faut reconnaître une chose à la Chine, cette puissance de développement rapide et d'intelligences dans sa phase d'apprentissage. La fiabilité des produits grand publique reste encore à démontrer 50/50, à chacun de juger...


    • Les produits qui durent ne sont plus d'actualité. Cela s'applique à toutes les entreprises occidentales aussi. C'est injuste de pointer du doigt les produits chinois. Le mot obsolescence programmé te dit peut être quelque chose...


  • louis hory depuis 2 semaines Lien du commentaire

    Dire que je reconnais pas le discours habituel de Benoît est un bel euphémisme.

    Quelqu'un lui a mis une plume sous la gorge pour l'obliger à tenir ce langage singulier si facile a identifier mais lui ressemblant si peu ?

    J'ai une idée sur la réponse... et j'espère que chacun se fera la sienne.

    Ambiance !


    • Benoit Pepicq
      • Admin
      • Staff
      depuis 2 semaines Lien du commentaire

      Qu'est-ce qui vous gêne dans cet article ? C'est parce que je n'ai pas suffisamment mis en relief les fautes de l'Europe dans l'ascension de la Chine ? Si c'est le cas cela s'explique facilement : le sujet est la difficulté et le besoin de l'Europe à s'adapter à la "menace" chinoise dans le contexte technologique et politique actuel, pas les raisons de son apogée. Je pourrais faire un autre article pour expliquer comment la Chine et l'Europe en sont arrivés dans cette situation, et ici aborder le thème des délocalisations et autres. D'ailleurs, pour rappel, les utilisateurs peuvent nous proposer des sujets d'articles en message privé.


  • Osei Tutu depuis 2 semaines Lien du commentaire

    L’Occident a cru que la Chine se contenterait d’être l’usine du monde pour offrir des produits bon marché à ses consommateurs.


    • skyrail depuis 2 semaines Lien du commentaire

      Un train peu en cacher un autre.
      Dans les années 80, on a cru que les japonais allaient envahir l'Europe avec leurs stocks de pièces sur nos territoires à proximité des marchés et leurs marques conquérantes.
      Mais dans le même temps, les chinois nous ont laissé nous implanter en Chine pour mieux nous dérober notre technologie, sous couvert de transfert de compétences.


      • Osei Tutu depuis 2 semaines Lien du commentaire

        C’est le prix de toujours vouloir gagner plus.


      • skyrail depuis 2 semaines Lien du commentaire

        oui, enfin ça dépend pour quoi. En l'occurrence, je pense qu'on y a vu une bonne stratégie défensive pour garder vivante notre industrie.
        Même Apple se fait rattraper par les chinois, aujourd'hui, à cause de brevets mal négociés.


      • Les chinois nous ont laissé nous implanter, notamment dans l'automobile, mais à condition de créer une " joint venture " (co-entreprise) avec une entreprise chinoise (exemple : Peugeot avec Donfeng), ou alors ils ont racheté des entreprises prestigieuses (Volvo...) et, résultat, ils ont eu accès à nos savoirs, nos technologies... très malin de leur part :)
        Sinon, effectivement, le mentalité chinoise, c'est de copier pour apprendre, et puis arrive un moment où l'élève rattrape le maître... et comme les chinois (les asiatiques, je dirai même) sont un peuple très travailleur...


      • Quasar depuis 2 semaines Lien du commentaire

        CQFD, les chinois sont des copieurs et en rien des créateurs

Montrer tous les commentaires