Nous utilisons les cookies sur ce site pour améliorer votre expérience utilisateur. OK
4 min de lecture 36 partages 7 Commentaires

Voici les données que WhatsApp fournit aux autorités

Il y a deux semaines, un rapport concernant une possible porte dérobée de WhatsApp permettant d'accéder aux messages chiffrés des utilisateurs a causé beaucoup d'émoi. Des experts en sécurité démentent les informations publiées par le journal The Guardian. WhatsApp les a également nié dans un communiqué. En attendant, l’information suivante apparaît : il est confirmé que WhatsApp fournit des données aux autorités.

En réalité, il n’est pas surprenant que des entreprises technologiques comme WhatsApp, Facebook ou Google (pour n’en citer que quelques-unes) fournissent des données sur leurs utilisateurs aux autorités. Il ne s’agit pas d’une conspiration des entreprises, mais cela est tout simplement obligatoire dans de nombreux pays à cause de leur législation. Y compris aux États-Unis.

Il y a deux semaines environ, WhatsApp est entré dans le collimateur de The Guardian. Le journal a rapporté une possible porte dérobée qui permettrait aux autorités et gouvernements d'accéder à des messages cryptés. Les experts en sécurité ont exprimé leur désaccord avec cette information, et WhatsApp l’a même niée.

AndroidPIT whatsapp videollamadas 01
WhatsApp a du se défendre publiquement. © AndroidPIT

Une enquête menée par Forbes indique qu’il est entièrement confirmé que WhatsApp fournit des données, ce qui, comme nous l’avons déjà mentionné, n’est pas très surprenant. En revanche, ce qui est intéressant de savoir, c’est de quelles données il s’agit. Étant donné que WhatsApp ne fait pas de déclarations officielles, un journaliste de Forbes a passé en revue des dossiers judiciaires et a fait une découverte.

Par ordonnance du tribunal, WhatsApp a collecté des métadonnées et les a mis à disposition des autorités (aux États-Unis, cela s’appelle un pen trap order). Cette collection de données n’inclut pas le contenu des messages, mais des informations sur les utilisateurs avec lesquels le compte surveillé a été en contact, la fréquence de ces contacts et a quel moment les messages ont été envoyés. Les adresses IP et même les données de localisation peuvent faire l’objet de cette surveillance. Chacune de ces mesures dispose de son propre champ d’application. Dans l’un des cas mentionnés, il n’a pas été autorisé à WhatsApp d’informer un utilisateur affecté que l’un de ces actes de surveillance avait eu lieu.

Opinion by Hans-Georg Kluge
L'emplacement de serveurs aux États-Unis pour les services de cloud et de messagerie sont déjà un signe d'avertissement
Qu'en pensez-vous ?
50
50
132 votants

Dans les actes judiciaires, il est apparemment écrit que WhatsApp ne stocke pas tant de données dans la pratique. Même avant le déploiement du chiffrement de bout en bout, il était difficile d'accéder au contenu des messages, car ceux-ci étaient éliminés des serveurs de WhatsApp après avoir été remis à leur destinataire. Depuis que WhatsApp crypte les messages, leur contenu n’est pas aussi facilement accessible.

Facebook est également concerné par ce type de sollicitudes des autorités compétentes. Le réseau social n’utilisant aucun type de cryptage, il n’y a quasiment pas de limite pour recueillir des informations. Forbes parle d’un document qui indique que les données d’une utilisatrice de Facebook avaient été diffusées : messages privés, statistiques d'activité, ses « j’aime », contacts, et même ses demandes d’amis refusées.

AndroidPIT omar loves facebook messenger
Facebook dispose de suffisamment de données pour créer un profil personnel.

L'avocate de l’American Civil Liberties Union (ACLU), Neema Singh Guliani, a annoncé à Forbes que les métadonnées fournies par WhatsApp sont suffisantes pour se faire une idée de l'utilisateur faisant l’objet d’une surveillance. Il ne serait même pas nécessaire de stocker les métadonnées, étant donné que, par exemple, Signal Messenger ne les utilise pas. C’est pourquoi dans ce cas, il n’est également presque pas possible d’obtenir des informations sur les utilisateurs.

Opinion by Hans-Georg Kluge
Les services de messagerie doivent garantir l’anonymat.
Qu'en pensez-vous ?
50
50
148 votants

Ce qui est particulièrement frappant est la politique d’information de WhatsApp : Facebook publie régulièrement des rapports de transparence qui incluent des informations sur les demandes émanant du gouvernement. WhatsApp, contrairement à Facebook, ne peut fournir que peu de données et a une attitude plus fermée. Il va sans dire que ni Facebook, ni WhatsApp, ont voulu commenter les détails du rapport de Forbes.

Ce-dernier montre le côté obscur de la communication numérique : les demandes de transfert de données concernent principalement des suspects d’affaires criminelles et, dans une moindre mesure, bien sûr, des gens innocents qui sont les cibles d’une enquête. Il ne faut pas oublier la volonté des autorités de le reconnaître. Le rapport de Forbes est basé, entre autres, sur des dossiers judiciaires traitant de crimes issus du narcotrafic et de terrorisme.

Opinion by Hans-Georg Kluge
Concilier vie privée et lutte contre la criminalité est un énorme défi
Qu'en pensez-vous ?
50
50
121 votants

.Enfin, le rapport permet aux utilisateurs de tirer leurs propres conclusions sur l'échange de données avec les autorités. Il existe de nombreuses alternatives à WhatsApp ou Facebook Messenger, mais celles-ci sont moins populaires auprès des utilisateurs. Cela est dommage, puisque les données privées devraient justement rester : privées.

Que pensez-vous du fait que des données soient transmises aux autorités ? Avez-vous pris des mesures à cet égard ? Dites-nous ce que vous pensez dans les commentaires.

36 partages

7 Commentaires

Ecrire un nouveau commentaire :
  • Luna depuis 6 mois Lien du commentaire

    @ Skyrail
    je résiste... mais la pression est forte seulement à cause du nombre et des informations trop privé qui y circulent.
    Alors qu'il existe pleins de solutions alternatives faudrait juste que tout le monde s'en rendent compte.

  • Tiguan depuis 6 mois Lien du commentaire

    Eh bien c'est pas avec Trump que l'espionnage notre de vie numérique risque de se calmer .

  • Luna depuis 6 mois Lien du commentaire

    Que pensez-vous du fait que des données soient transmises aux autorités ?
    Je m'en réjouis !
    Avez-vous pris des mesures à cet égard ?
    Oui, je n'ai pas de compte chez la concierge and Co.
    Ah!Ah!Ah!

    • Rideau depuis 6 mois Lien du commentaire

      Qu'est-ce-qu'il y a de réjouissant ?

      • Luna depuis 6 mois Lien du commentaire

        C'est que pour moi sur Internet rien n'est privé ça c'est le postulat alors quand on dit que le serveur celui qui crypte les messages ne va pas les décrypter par intérêt ou par obligation, c'est peut-être un peu naïf de la part de beaucoup, non?

      • Comme écrit dans l'article WhatApp a nié l'évidence (au sujet de la porte dérobée) et continue à ne pas vouloir comprendre, cela s'appelle un déni de réalité mais je n'en suis pas plus surpris que toi.

    • on va paraître suspect si on dit qu'on a pas de compte. Alors, autant inventer un compte à donner aux autorités avec un zeste de réticence pour paraître plus crédible. 🤓

Nous utilisons les cookies sur ce site pour améliorer votre expérience utilisateur. Plus d'informations

J'ai compris