Nous utilisons les cookies sur ce site pour améliorer votre expérience utilisateur. OK

 

Le petit oiseau se brûle les ailes. Twitter, l'une des grandes places de liberté sur Internet vient de prendre une drôle de décision : censurer certains twitts à la demande de certains Etats. Pourquoi cette décision ? Et que va-t-il se passer pour nous ? A lire tout de suite.

"Tu te rappelles quand twitter était une plateforme de liberté, un outil à la disposition des révolutionnaires se battant contre la dictature, la répression, la censure... C'était bien...". Nombreux ont été les épisodes historiques de notre récente Histoire où Twitter, parmi d'autres réseaux sociauxa probablement contribué à changer le cours du temps, à abattre des régimes que l'on pensait immuables. On peut penser aux révolutions arabes de l'année passée où en Tunisie, en Egypte, actuellement en Syrie, Twitter était indispensble aux manifestants pour se réunir, se coordonner. Déjà en 2009, la révolution verte en Iran était également baptisée révolution Twitter. A l'époque, un message enjoignaient les internautes à tous se paramétrer comme Iranien sur le site de microblogging pour brouiller la surveillance gouvernemantale. Est-ce du passé désormais ? 

(le message qui a lancé la révolution iranienne était un Twitt)

Twitter à terre

Jeudi le blog de Twitter portait donc ce message étonnant : "Au fur et à mesure que nous nous développons à l'international nous irons dans des pays qui ont diverses positions sur la liberté d'expression. Certains divergent tellement de nos idées que nous ne pourrons pas y exister. D'autres nous ressemblent mais, pour des raisons historiques ou culturelles limitent certains contenus ainsi que la France ou l'Allemagne qui interdisent les messages pro-nazis".
Ils expliquent que désormais le site de microblogging aura la capacité de bloquer certains messages à la demande des Etats. Ils assurent qu'ils le feront en toute transparence en avertissant le twitteur et en publiant la liste des twitts supprimés sur le site d'un organisme de défense des libertés Chilling Effects.org.
Pourquoi cette décision ? Beaucoup accusent le site de vouloir uniquement faire ami ami avec des pays douteux sur la liberté. Ainsi Twitter voudrait s'installer en Chine où il est pour le moment interdit et où pourtant les sites de micro-bloggings sont très populaires. Certains pointent aussi un investissement dans la plateforme à hauteur de 300 millions dollars d'un prince saoudien. L'Arabie Saoudite est un des pays les plus stricts en matière de censure Internet.

Twitter miné ?

Faut-il donc craindre la fin de la liberté sur Twitter ?
Le directeur de Reporters Sans Frontières n'a pas tardé à réagir. Dans une lettre ouverte, Olivier Basille dénonce les conséquences de cette décision. "Nous vous demandons de revenir sur cette décision nocive à la liberté d'expression et qui s'inscrit à contre-courant des mouvements de dénonciation de la censure associés au printemps arabe dans lequel Twitter a servi de caisse de résonnance. En choissant finalement le camp des censeurs, Twitter prive les cyberdissidents des pays répressifs d'un outil crucial d'information et de mobilisation".

(révolution égyptienne)

Si les grands espoirs d'Internet se lient avec la censure des Etats même en France, la liberté d'expression semble être en danger. Entre ACTA, Hadopi ou les Anonymous, Internet est  décidemment être à un tournant de son Histoire, mais pas forcément le bon.

Pas de commentaire

Ecrire un nouveau commentaire :

Nous utilisons les cookies sur ce site pour améliorer votre expérience utilisateur. Plus d'informations

J'ai compris