Nous utilisons les cookies sur ce site pour améliorer votre expérience utilisateur. OK
4 min de lecture 106 partages 12 Commentaires

Ce que la fermeture de l'application Facebook cache

Facebook aime le risque, et ne recule devant aucune expérimentation. On penserait que le géant se réveille peut-être certains jours en se disant « tiens, aujourd'hui, je vais saboter l'appli Android ». Pourtant, les choses sont un peu plus compliquées. Le sabotage de l'appli Facebook a ainsi pour seul but de tester la fidélité de ses utilisateurs, et de voir s'ils continuent de se connecter au réseau social même sans l'application. Voici le résultat.

Facebook : la machine émotionnelle

Le désir de Facebok d'expérimenter avec ses utilisateurs ne s'arrête jamais. Et nous avons été particulièrement surpris lorsque la compagnie a présenté un document d'enquête dans lequel les actualités avaient été modifiées pour tester la contagion émotionnelle des utilisateurs, par des sentiments tristes ou joyeux. Selon le document, lorsque les utilisateurs voyaient des messages joyeux, il étaient plus enclins à publier des choses positives. Mais s'ils étaient au contact de contenus négatifs, leurs publications étaient plus tristes. Il s'agit d'une expérience psychologique pour laquelle Facebook n'a demandé le consentement de personne.

facebook world map 1
Un ecosystème propice à la contagion. © Facebook

Vérification de sécurité

Lorsque la vérification de sécurité Facebook a été mise en marche, elle permettait aux utilisateurs de s'enregistrer lorsqu'un désastre naturel surgissait. Un rôle (assurer le bien être des survivants à un désastre) échoit normalement aux états concernés.

Plus récemment, la fonction a été utilisée durant les attentats de Paris, et a été définie par Facebook comme un « bien social ». Mais d'un point de vue plus cynique, on peut voir comment un désastre peut être utilisé par Facebook pour renforcer les interactions entre utilisateurs et leur dépendance émotionelle.

androidpit facebook nexus 6
Facebook défie Google en provoquant la fermeture forcée de sa propre appli. © ANDROIDPIT

Le produit parfait

Jouer avec les émotions est assez divertissant lorsque l'on possède plusieurs millions de cobayes. Mais Facebook est un produit, et en tant que tel, se préoccupe beaucoup de conserver sa base d’utilisateurs. C'est à dire que Mark Zuckerberg souhaite que nous soyons ses cobayes le plus longtemps possible.

Après l'annonce que Facebook pourrait être consultable hors connexion, après les notifications fantômes pour vous attirer de nouveau sur le réseau social, le géant américain cherche en permanence de nouvelles manières de conserver ses utilisateurs. Facebook souhaite juste que nous nous connections le plus souvent possible.

androidpit play store 2
Google Play est la Mecque des applications mobiles, mais Facebook commence à croire qu'ils peuvent se passer de la plateforme. © ANDROIDPIT

La menace Google

Quand Facebook a commencé à jouer avec les téléchargement automatique d'applications dans ses applis, la compagnie a commencé a jouer avec les règles de Google. Ce dernier ne s'est pas privé, par le passé, d'expulser de grandes compagnies de sa plateforme de distribution pour non respect des conditions d'utilisation.

L'expulsion du Google Play signifie qu'il n'y aurait plus d'achat in-app, de notifications push ou d'actualisations automatiques. Le plus compliqué avec cette hypothèse, c'est l'obligation de faire migrer les utilisateurs vers une appli indépendante de Google Play. Facebook y verrait-il un grand problème ?

Le plan de Facebook

En gardant à l'esprit ces données, Facebook a decidé de prendre son application et de la « casser » (en faisant en sorte qu'elle ne fonctionne plus). Et elle a recommencé à le faire fréquemment, en augmentant à chaque fois les durées de non-fonctionnement pour tester les limites des utilisateurs. Le résultat de l'expérience, c'est que Facebook n'a pas trouvé le point de rupture : les utilisateurs se sont habitués. Ils continuaient d'essayer de démarrer l'appli jusqu'à ce qu'elle fonctionne, ou passaient sur la version mobile.

L'expérience a démontré que les utilisateurs n'étaient pas prêts à quitter la plateforme, même si l'appli mobile cessait de fonctionner. Ils trouvaient d'autres manières d'y accéder. Cette dépendance signifie que Facebook commence a considérer que rompre avec Google Play n'aurait pas de conséquences si catastrophiques que prévu.

AndroidPIT Facebook Messenger login hero
Le fait que Facebook intègre des applis à son appli principale préoccupe Google. © ANDROIDPIT

Conclusion

Facebook est l'une des compagnies qui a le plus cherché à prendre son indépendance vis à vis de Google au cours des dernières années. L'expérience a été menée sans le consentement des utilisateurs, mais quelle alternative auraient eu ces derniers ? La plateforme Facebook est tellement importante qu'il est difficile de s'en passer. C'est pourquoi la compagnie américaine sent qu'elle est capable d'entrer dans une lutte frontale contre Google.

La conclusion de tout cela, c'est que Facebook nous aime, et est prêt à travailler beaucoup pour nous garder fidèles. Lorsque l'on a des millions de dollars et d'utilisateurs à disposition, les possibilités d'expériences psychologiques sont nombreuses. Que pensez-vous des pratiques de Facebook vis-à-vis de ses utilisateurs ?

106 partages

12 Commentaires

Ecrire un nouveau commentaire :
  • ifebo 9 févr. 2016 Lien du commentaire

    Bon, déjà je n'ai pas installé facebook, ni messenger, ni instagram.
    Donc pas de souci pour moi de ce côté là.
    A part celui de ne pouvoir supprimer totalement de mon téléphone (FB) cette appli à l'état naissant prête à recevoir toute sa fonctionnalité lors d'une éventuelle mise à jour. C'est quand-même désolant de ne pouvoir avoir de produits informatiques non pollués par des applications tiers dont on n'a rien à faire et surtout qu'on ne peut même pas désinstaller.
    C'est de l'ingérence je trouve et ça devrait être répréhensible !

  • hum l'application mobile c'est de la merde en plus de nous obliger à installer messenger pour nos message ?! ça prend 2 fois plus d'espace pour rien. en plus elle ne veux plus rien savoir de s'installer et puis ça sert pas à grand chose FB à part pour rester en contact avec la famille qui reste loin et qui est pratique pour certain jeu (comme gowfa pour l'or entre amis). sinon c'est bourré de ptit jeune qui veulent être "famous" et avoir plein dlike ou se montrer à moitié nu.. de la pure merde 😂😂😂

  • Une fois que vous utiliser un service tier à Facebook, notamment Messenger et Instagram vous utilisez Facebook. Beaucoup ici utilise la messagerie instantanée de Fb. Peut-être que ça mais ça suffit largement pour être traité d'utilisateur Facebook. Perso, je suis fier de l'utiliser et l'outil déployé pour les survivants de l'attentat, honnêtement c'était bien pensé ; je me suis moins inquiété pour mes cousins. Bref on n'est pas vraiment obligé de se révolter juste parce que des articles nous expliquent ou prétendent nous ouvrir les yeux sur les pratiques douteses de fb. 😊 Life goes on.

  • HAHA a chaque fois qu'il y a un article sur Facebook la moitié des commentaires disent "je n'utilise pas facebook" (tous les commentaires cette fois ci !!!) soyez pas frustrés, si vous utilisez pas facebook vous sentez pas obligés de le crier comme si vous etiez vegetariens

  • Je voie que je ne suis pas le seul à me passer de Facebook. Et je vie très bien comme ça

    • Ouais ben j'pense que tu as bien raison: j'y vais de moins en moins sur "" Fesse Book "" et je ne m'en porte pas plus mal, bien au contraire, je trouve de plus en plus que c'est un site de " placotages " tout à fait inutiles !!! Ce qu'une personne a fait pour son souper, je n'en ai rien à foutre, et ce, ce n'est qu'un petit exemple parmi tant d'autres... Enfin, à chacun ses goûts n'est-ce pas ? ;-)

      • Je suis dans le même cas. J'utilise Messenger, mais c'est tout. Et je vais de temps en temps sur l'application, parce que beaucoup de mes amis y sont, mais ça ne m'a jamais beaucoup branché

  • Je ne suis pas tellement d'accord avec la conclusion. Facebook ne nous aime pas. Par contre, vu ce que rapporte le temps que nous passons sur leur site ou leurs apps, ils préfèreraient nous garder le plus longtemps possible dessus donc tout est bon pour cela.
    J'ai tendance à penser qu'il y a une tromperie en la matière vu qu'ils n'avouent pas qu'il s'agit de pannes provoquées par eux.
    En même temps, je ne me fais aucune illusion car je ne pense pas qu'ils soient les seuls à agir ainsi.
    Par ailleurs, me trompe-je ou bien Facebook a une image vraiment négative pour bien des personnes ?

  • Yssouf 21 janv. 2016 Lien du commentaire

    Heureusement que j'utilise pas Facebook .

  •   32

    On n'est cobaye que si on en a envie, pour moi Facebook ce n'est qu'un nom parmis d'autres que je n'utilise jamais, après leurs ( tests) psychologique et bien grand bien leur fasse

  • Moi non plus je n'utilise pas Facebook, je n'y trouve aucun intérêt. Google pompe déjà toutes nos informations personnelles en permanence, pas besoin d'y ajouter Facebook.

  • Je n'utilise pas Facebook.

Nous utilisons les cookies sur ce site pour améliorer votre expérience utilisateur. Plus d'informations

J'ai compris