Nous utilisons les cookies sur ce site pour améliorer votre expérience utilisateur. OK

Le nombre de joueurs sur smartphone a dépassé celui sur console

Franchement, cela vous étonne ? Une étude du cabinet NPD Group réalisée sur la population américane, vient de lâcher cette bombe : le nombre de joueurs sur smartphone/tablettes a dépassé le nombre de joueurs sur consoles traditionnelles. Certes c'est un fait important, un tournant très significatif dans le monde du jeu vidéo, mais est-ce pour autant une surprise ? Je ne crois pas.

Le monde du jeu est très peu connu sociologiquement. Par exemple, l'opinion commune se représente le joueur, comme un adolescent boutonneux fixé sur un PC et jouant à des FPS (jeux de tirs à la première personne). Or, si l'on observe les statistiques actuelles, le joueur français lambda est... une joueuse de 35 ans.

Qui est le joueur ?

Car on a tendance à oublier que ces dernières années, le marché du jeu s'est incroyablement ouvert aux gens rebutés par la console. Les "hardcores gamers" ne suffisaient plus, l'industrie du jeu vidéo devait s'étendre et gagner l'intérêt des Noobs (débutant). La Wii, la Kinect, et les différents jeux éclos de ce système ont, les premiers, ouvert la voix aux jeux vidéo "de société" et tournés vers la famille. Il suffit de regarder leurs publicités.

Lien vers la vidéo

Puis les consoles mobiles, DS et PSP, avec leurs développeurs de jeux, ont emboîté le pas. Une nouvelle fois les publicités le montre : les consommateurs visés sont les femmes, les seniors ou les jeunes filles (activité cérébrale du Docteur XXX, promène ton petit chien trop mignon, etc). Et cela marche.

Pour finir l'essor sans précédent du smartphone et de ses jeux ont défintiivement démocratisé le jeu, le rendant quasiment essentiel. Trouvez-moi quelqu'un dans votre entourage quie possède absolument aucun jeu sur son smartphone, uniquement des utilitaires et je vous offre un t-shirt AndroidPIT ! Ils sont incroyablement rares.

Jeux spécials mobiles vs jeux pour gamers

Des Angry Birds, aux Sudoku, en passant par les Farmville, Scrabble, Uno et cie : plus besoin de s'intéresser à l'univers spécial du jeu vidéo et ses codes graphiques pour "jouer". Les Horn, N.O.V.A. 3 et autres GTA demeurent l'apanage de ceux qui aiment le jeu et jouent robablement sur console ou PC en parallèle. Le smartphone rassemble donc à la fois les non joueurs, qui retrouvent des jeux physiques adaptés numériquement (viser une poubelle avec une boulette en papier, remplir des grilles de mots-croisés etc) mais également les "hardcore gamers".

Mais attention, les industriel n'en délaissent pas pour autant les consoles traditionnelles. Ainsi si les grands éditeurs de jeux vidéos pour consoles traditionnelles, se tournent désormais vers l'univers du smartphone (il suffit de voir la place physique que prend désormais le jeu mobile à l'E3) comme c'est le cas de Gameloft avec Wild Blood, d'EA Games avec FIFA etc, ils ne peuvent pas se passer de la manne financière des consoles. Car bien que moins nombreux, ces joueurs dépensent bien plus d'argent avec un jeu à 50 euros contre plusieurs jeux à 0,99 cents sur Google Play.

Avec cette nouvelle donne, le projet OUYA prend toute sa signification. Julie Uhrmann parviendra-t-elle à attirer ces joueurs dilettants, qui sont tombés dedans sans faire exprès, avec Doodle Jump ou Fruit Ninja, vers le salon pour reprendre les mêmes sur une vraie console ? Pas si sûr.

Racontez nous votre expérience de joueur ! Êtes-vous plutôt console de salon, console mobile, PC ou uniquement smartphone/tablettes ? Et quels jeux vous intéressent et rythme votre quotidien ?

Pas de commentaire

Ecrire un nouveau commentaire :

Nous utilisons les cookies sur ce site pour améliorer votre expérience utilisateur. Plus d'informations

J'ai compris