Nous utilisons les cookies sur ce site pour améliorer votre expérience utilisateur. OK

Google veut réformer les brevets (mais battre Apple quand même)

Les détracteurs de la guerre des brevets rappelent constamment que les poursuites entre les entreprises majeures telles que Google, Samsung ou Apple son en fait délétères pour l'innovation en forçant les entrerprises à dépenser leur argent en avocats et non en recherche et développement. Et alors que Google est toujours empêtré dans plusieurs affaires judiciaires portant sur des brevets litigieux, cela n'a pas empêché la société d'exprimer son opinion sur les guerres de brevets. CNET rapporte que le directeur des politiques de Google, Pablo Chavez, a récemment affirmé que «des brevets abstraits et top larges» ne servaient qu'à contrecarrer l'innovation.

"Nous pensons que ces guerres de brevets ne sont pas utiles pour les consommateurs», a déclaré M. Chavez. "´Elles ne sont pas utiles au marché. Elles ne sont pas utiles à l'innovation. "

Chavez s'est ensuite attardé sur certains des changements concrets qu'il aimerait voir mis en place pour en finir avec ce disfonctionnement. D'une part, a déclaré M. Chavez, les brevets ne devraient pas avoir une durée de péremption de plus de 20 ans, ce laps de temps devrait être raccourci. Il a également ajouté que de sévères punitions devraient être mises en place pour lutter contre les "patent trolls", ceux qui acquièrent des brevets larges juste pour pouvoir poursuivre des entreprises concurrentes.

On pourrait souligner le fait que chez Google, les actes ne suivent pas les paroles. Vendredi dernier la firme de Moutain View a en effet attaqué Apple et menacé de faire interdire leur iPad, iPhone et iMac aux Etats-Unis. Mais si les actes ne semblent pas refléter les paroles, l'état d'esprit de Google a toujours été anti-brevets et la firme a souvent tenté de réformer le système des brevets en «remplissant des dossiers judiciaires, plaidant pour des réformes et s'alliant avec d'autres acteurs anti-brevets dans l'industrie technologique", selon Venture Beat. Il demeure néanmoins bon de savoir que, idéologiquement, Google est du bon côté.

N'oubliez pas, pour ne rater aucune news vous pouvez nous suivre sur Twitter, Google + et Facebook

Pas de commentaire

Ecrire un nouveau commentaire :

Nous utilisons les cookies sur ce site pour améliorer votre expérience utilisateur. Plus d'informations

J'ai compris