Nous utilisons les cookies sur ce site pour améliorer votre expérience utilisateur. OK
5 min de lecture 5 partages 3 Commentaires

Google Nexus : la voie à suivre

La gamme Nexus a été développée à la base pour les développeurs. Désormais, les smartphones de Google sont la référence pour tout ce qui a trait au système d'exploitation Android. Dans cet article, nous nous intéressons à l'évolution et aux développements intervenus dans cette gamme, du Nexus One au dernier Nexus 4.

Une gamme qui ne fait pas de bruit

Tous les composants des smartphones n'ont pas évolué de manière parallèle chez les Nexus. Si l'on considère par exemple les semi-conducteurs, on note une forte amélioration : ainsi au départ, les processeurs simple coeur étaient couplés à une mémoire vive de 512 Mo, tandis que nous possédons désormais des smartphones quadricoeurs pouvant compter sur 2 Go de RAM. Ce type de forte évolution est observable dans nombres de domaines proches des nouvelles technologies, mais pas partout. Il est en effet surprenant de constater que les innovations technologiques en matière d'affichage ont été bien plus timides...

En revanche du côté de la batterie, les efforts de Google ont été payants. Même si d'aucuns critiquent toujours une autonomie qui ne s'améliore pas, celle-ci doit être considérée relativement aux autres évolutions : ainsi ce qu'il faut remarquer c'est que malgré un ajout constant de nouveaux hardware plus performants, des écrans plus grands, des processeurs plus gourmands en énergie, l'autonomie n'a pas empiré. Certes, avoir à recharger son smartphone quasiment tous les soirs est peut-être pénible, mais avoir conservé une autonomie constante avec autant de nouveautés est probablement  une prouesse en soi.

"Google est cool" : c'est du passé

Mais la question qui se pose est la suivante : Quelles sont les véritables ambitions de Google pour les appareils Nexus ? Sont-ils seulement destinés aux développeurs ?
Si le Nexus One l'était très certainement, il faudrait être bien naïf pour imaginer que c'est toujours le cas des appareils suivants. L'image d'entreprise "cool“ et jeune s'estompe de plus en plus. Google, qu'on appelle volontiers "le Géant du Net", récolte des milliards de dollars et est bien loin de son état d'esprit du début. La preuve : l'absence de mise à jour Android Jelly Bean 4.2 pour le Nexus S. C'est peut-être une concession faite aux éditeurs de contenu, mais ça ressemble beaucoup à une stratégie commerciale plus classique.
Larry Page, le fondateur et co-président de Google déclarait ainsi : "Nous voulons toucher le plus grand nombre, bien entendu. Google a créé la gamme Nexus pour montrer ce dont Android est capable, nous voulons que les développeurs disposent des dernières versions le plus rapidement possible.

Il n'existe pas de chiffres officiels concernant le nombre d'appareils vendus, mais les estimations s'accordent sur le fait que la croissance est de l'ordre de 100 %. Et si le hardware a évolué, les méthodes de commercialisation ont suivi la même voie : Google a ainsi expérimenté la vente exclusive directe sur leur site avec le Nexus One, et ce fut un échec. Mais la firme de Moutain Dew n'a pas abandonné cette idée, bien au contraire : ils ont simplement attendu que le commerce en ligne se développe un peu plus, et ont réitéré avec le Nexus S, la Nexus 7 puis le Nexus 4. Ils ont ainsi renforcé leur position face aux vendeurs, aux opérateurs et aux fabricants. En fait, face à toute l'industrie du mobile.

Android, système ouvert et garant du succès de Google

Les appareils Nexus sont encore vendus par les opérateurs de téléphonie mobile, et ce, malgré la concurrence grandissante entre eux et le géant d'Internet. Car même s'il en avait les moyens, Google a fait le choix de ne pas dépenser un centime dans un marketing de ses téléphones, les rendant plus discrets mais également plus élitistes. C'était le smartphone de ceux qui savaient, quand les autres avaient un smartphone de masse.

Si l'on peut faire confiance à Google pour quelque chose, c'est pour leur dévotion à un système ouvert. Eric Schmidt, l'autre co-président, affirmait ainsi lors d'un interview dès 2010 : "L'ouverture est ma religion", et effectivement son entreprise agit dans ce sens sur presque tous les aspects. Android est devenu le système d'exploitation le plus utilisé notamment car tous les fabricants peuvent l'utiliser. Tous, sans exception, ont les mêmes possibilités d'évolution.

Si Google faisait des Nexus des appareils de masse, ils détruiraient probablement cet équilibre fragile qui permet à Android de continuer à être le système le plus utilisé. C'est en quelque sorte une concession faite aux fabricants. Lorsque le prix du Nexus 4 a été annoncé, j'ai tout d'abord pensé que Google attaquait ni plus ni moins ses partenaires frontalement. Mais au regard de l'évolution des appareils Nexus, j'en suis de moins en moins convaincu. Leur modèle commercial n'est tout simplement pas basé sur les appareils. De plus, ils se fichent bien de savoir ce que Samsung, Orange, SFR et autres rajoutent sur Android, car les applications de la firme de Mountain View restent, quoiqu'il arrive, intégrées au système.

Google, moteur de l'innovation

Comme le dit Larry Page, Google peut montrer que tout est possible avec Android. Le succès des appareils de la gamme Nexus montre la voie à suivre aux fabricants et aux opérateurs. Avec le Nexus 4, Google leur envoie un message clair : il faut revoir votre politique de prix ! Ces derniers n'ont reçu ni conseil, ni ordre de Google, ils sont simplement mis devant le fait accompli et vont devoir revoir leurs coûts s'ils veulent tenir face au petit dernier de la gamme des Nexus.

(photo teaser : constructeur/as/AndroidPIT, photos : as/AndroidPIT)

3 Commentaires

Ecrire un nouveau commentaire :
  • @Juju BONNEFOY : Effectivement, petit problème de timing/relecture, vous m'en voyez désolé...

    @Kryder : oui, ils ne sont sûrement pas les pire, mais ça reste une entreprise...

  • Kryder 15 déc. 2012 Lien du commentaire

    C'est pour sa, que j'aime temps GOOGLE. Respect pour google (même si il ont 2milliars d'euros sous le coude qui sont en faite des impôts ).

  • C'est (relativement) intéressant mais désespérément truffé de fautes d'orthographe.

5 partages

Nous utilisons les cookies sur ce site pour améliorer votre expérience utilisateur. Plus d'informations

J'ai compris