Nous utilisons les cookies sur ce site pour améliorer votre expérience utilisateur. OK

Google menace la France et semble en difficulté financière

Mauvaise passe pour le géant californien. Les chiffres d'affaires de Google viennent de malencontreusement fuiter sur le Net. Et ils ne sont pas bons. Conséquence, les bourses du monde entier s'affolent, contraignant Larry Page à s'exprimer pour rassurer les investisseurs. En parallèle, Google s'embarque dans un rapport de force avec le gouvernement français, menaçant de déréférencer la presse française. Dur dur.

Google vs France

Tout a démarré, quand la ministre de la Culture Aurélie Filippetti a voulu ouvrir le débat sur une éventuelle taxe pour les services de référencement qui reprennent les informations de la presse francaise pour les publier gratuitement. Une réflexion qui, si elle n'implique pas une réponse automatique, est à mon avis tout à fait sensée. Les médias français sont d'ailleurs tout à fait en faveur de cette taxe : finalement Google vole leur travail pour le mettre gratuitement en ligne, et ils perdent de l'argent dans cette affaire.

"Aujourd'hui, des sites qui agrègent des contenus comme Google utilisent aussi la notoriété des éditeurs de presse, ainsi que ce qu'ils produisent. Il est donc légitime que les éditeurs de presse s'interrogent sur la manière dont il faut faire participer ceux qui diffusent leur contenu à leur financement", a déclaré la ministre au Monde.

Mais l'idée n'était pas du tout du goût de Google.

La firme de Moutain View a tout bonnement répondu, que s'ils avaient une taxe à payer ils quitteraient le pays. Et ne référencerait plus la presse française, la conduisant à l'anonymat et la quasi inexistance sur Internet. Google rappelle également que grâce à eux, les sites de presse française bénéficient de 4 milliards de clics par mois. Ce qu'ils perdraient évidemment si la loi était votée.

Bilan financier en baisse pour Google

Le moment choisit pour divulguer ses chiffres est très important. Et c'est dans de telles circonstances qu'on le remarque. Google attend toujours la fermeture de la bourse de Wall Street pour publier ses derniers résultats, ce qui évite les mouvements de foule. Mais, cette fois le bilan financier du troisième trimestre s'est retrouvé sur Internet avant la fermeture de Wall Street. Résultat : l'action a immédiatement plongé de 9%. Le titre a depuis été temporairement suspendu.

Car le bilan financier n'est pas au top : on apprend ainsi que le bénéfice net du géant du Net a reculé de 20% en un an. La raison principale de ce recul pourrait être liée au rachat de Motorola.

L'un des co-fondateurs, Larry Page a donc du sortir de sa réserve pour rassurer les investisseurs. Il a souligné que si le bénéficie net est en recul, en revanche la croissance de l'entreprise va toujours bon train. Par ailleurs, il a également évoqué Android et son succès malgré les critiques dures portées à ses débuts. Android a ainsi généré plus de 8 milliards de dollars, un chiffre en augmentation de 2,5 milliards par rapport à l'année précédente.

Enfin, Larry Page a confirmé que le rachat de Motorola était en cause, mais que ce n'était qu'un ajustement temporaire. Un plan social a en effet été entrepris, et Motorola redémarre doucement, espérant engranger plus de bénéfices par la suite.

Dans ces circonstances, on peut comprendre la frilosité de Google a vouloir payer une taxe. Mais n'est-elle pas justifiée ? Le débat est ouvert.

Pas de commentaire

Ecrire un nouveau commentaire :

Nous utilisons les cookies sur ce site pour améliorer votre expérience utilisateur. Plus d'informations

J'ai compris