Nous utilisons les cookies sur ce site pour améliorer votre expérience utilisateur. OK

siri vs google

Des avis très élogieux sur Siri ne cessent de paraître dans la presse. Rappelons-le, Siri est une application pour IPhone 4S lancée en Octobre dernier par Apple, et qui se propose d’être votre assistante personnelle (les atouts physiques en moins) en répondant aux questions que vous lui posez oralement.

C’est le magazine Forbes qui a publié le premier sur son site un article dithyrambique, démontrant en cinq points comment Siri allait briser le moteur de recherche le plus puissant au monde, Google (« Why Siri is a Google killer »). Tech Crunch, le blog américain tout puissant en matière d’analyse des nouvelles tendances du web, s’est empressé de prédire à son tour l’engloutissement de Google par la gourmande assistante virtuelle Siri.


En France, les avis sont plus mesurés (« Google a-t-il raison de craindre Siri ? » a ainsi prudemment demandé le magazine Frenchweb), et si l’on s’intéresse de plus près au fonctionnement de Siri, il y a en effet de quoi rester sceptique…

Tout d’abord, il ne faut pas oublier que Google travaille actuellement sur sa propre version d’un assistant personnel virtuel ; à ce stade, il est donc très prématuré d’annoncer que Siri « va tout tuer » puisque le projet d’assistanat virtuel n’en est qu’à ses débuts et n’a pas encore de concurrent réel sur ce terrain.

Si l’on s’intéresse a l’application elle-même, on est en droit d’émettre plusieurs réserves:




1. La fonction de recherche à proprement parlé est encore très bancale : à l’heure actuelle, Siri n’est utile que si l’on sait a priori ce qu’on va lui demander. Mais personnellement, il m’arrive fréquemment d’aller sur la page d’accueil de Google sans avoir une idée précise de ce que je cherche. Tout le plaisir consiste alors à se laisser guider par Google, qui me propose des thèmes en fonction des lettres que je tape dans la barre de recherche. Si l’on se prend au jeu et pour peu qu'on ait un peu de temps à tuer, on finit rapidement par passer 20 minutes à se renseigner sur les habitudes alimentaires du dugong, après s'être familiarisé avec la composition de la faune dans la Mer Rouge.
Siri, moins entreprenante, attend sagement que vous formuliez votre question. Siri ne peut pas satisfaire votre curiosité et n'assouvira pas votre soif de connaissances plus ou moins incongrues. Google, de ce point de vue, est un bien meilleur partenaire.

2. Dans de nombreux cas, Siri ne vous propose d’ailleurs qu’une seule réponse. Si vous souhaitez trouver un bar sympa pour pimenter votre weekend dans le Périgord, il vous suffit de le demander à Google qui vous proposera immédiatement une liste de sites recensant noms et infos pratiques, avec avis de consommateurs à la clef. Mais posez la même question à Siri, elle ne vous fournira qu’un seul nom de bar, sans même vous faire un joli sourire pour s’excuser. Pour vous aider à faire votre choix, mieux vaut se fier à Google.

3. Enfin, si vous vous définissez comme une personne qui écrit mieux qu’elle ne parle, passez votre chemin, car Siri n’est pas faite pour vous. Sur Google, je peux à tout moment reformuler ma question, supprimer un mot et réajuster ma pensée rapidement : les résultats affichés me permettent immédiatement de constater si ma requête écrite est pertinente ou si je dois la modifier. Mais mon assistante virtuelle elle, refuse de m’écouter bredouiller quelques mots sans suite logique, et ne me répondra que si ma question est claire. Google, là encore, devance et complète mes pensées quand l'inflexible Siri me laisse me débrouiller seule.




Google a déjà su prouver plus d’une fois son efficacité, et reste à l'heure actuelle le moteur de recherche le plus perfectionné qui soit.


Quant à moi, je préfère pour l'instant repousser les avances de Siri, et attends impatiemment de découvrir l’assistant virtuel que me concocte Google.

1 commentaire

Ecrire un nouveau commentaire :

Nous utilisons les cookies sur ce site pour améliorer votre expérience utilisateur. Plus d'informations

J'ai compris