Nous utilisons les cookies sur ce site pour améliorer votre expérience utilisateur. OK
Opinion 19 partages 11 Commentaires

Google et son rôle dans la guerre d'indépendance

La loi du marché est similaire à celle de la jungle : seuls les plus forts et les plus malins survivent, les autres se font manger. L'univers d'Android évolue et les fabricants doivent évoluer aussi s'ils veulent rester dans la course, et il semble qu'aujourd'hui la solution devient de plus en plus évidente : l'indépendance.

Tous les acteurs du marché des smartphones ont le même objectif : s'enrichir grossir. Certains comme Facebook et Google ont des ambitions aussi philanthropes que démesurées : permettre un accès Internet partout, accéder à l'immortalité, améliorer le quotidien des malades (voire guérir les maladies), etc. 

Faute de moyens, beaucoup de fabricants ne visent pas aussi haut et se contentent de la commercialisation de smartphones. Le problème, c'est que Google combat sur de nombreux fronts, notamment celui de la fabrication et de la commercialisation de smartphones. Inutile de dire qu'il ne semble pas vouloir partager le gâteau avec les autres fabricants... Pour Samsung et Huawei, la solution est simple : puisque chacun ne pense qu'à lui, autant créer son propre système d'exploitation... En somme, Google se bat pour l'indépendance matérielle, les autres fabricants se battent pour l'indépendance logicielle.

AndroidPIT flagship smartphones 4036
Y a-t-il trop de fabricants sur le marché ? © ANDROIDPIT

Sur quels fronts se bat le soldat Google ?

Avant de partir trop loin dans le sujet, il faut revenir sur un élément important : le rôle de Google dans le système d'exploitation Android. Ce système est composé de deux éléments. D'une part, nous avons AOSP qui est la base d'Android : un système fonctionnel avec quelques applications extrêmement basiques. D'autre part, nous avons différents éléments de Google (donc non libres) mis à la disposition des fabricants pour qu'ils les implémentent dans leurs smartphones.

Google a plus de poids qu'il en a l'air. AOSP (Android Open Source Project) est certes un projet Open Source mais il est géré... par Google. Il ne lui appartient pas, mais c'est quand-même lui qui tire les ficelles. Autrement dit, la firme américaine ne se contente pas d'ajouter une "couche Google" sur ses Nexus/Pixel, elle contrôle une bonne grosse partie du développement d'Android.

Google a plus de poids qu'il en a l'air

Ceci dit, Google est présent sur d'autres fronts dans le marché des smartphones. Outre le software, il est également présent dans le hardware avec les appareils Pixel et Nexus. Jusqu'à maintenant, les Nexus sont le fruit d'une collaboration avec un autre fabricant : le 6P par exemple avait été fait avec Huawei, le 5X avec LG, etc. Les smartphones Nexus changent de nom pour devenir Pixel et divers changements sont à venir : le nom du fabricant disparaît, le téléphone dispose de fonctionnalités propres à la gamme, etc.

Quel pourrait être l'objectif de Google ?

Observons ce que pourraient être les objectifs de Google sur le long terme. J'insiste sur le conditionnel puisque je n'ai bien évidemment aucune information concrète sur le sujet, hormis diverses déclarations publiques qui peuvent dire tout et leur contraire et qui, comme souvent, sont de jolis mots masquant l'envers d'un autre décor.

En toute logique, Google souhaite s'imposer face aux autres fabricants. Son comportement avec la gamme Pixel montre clairement qu'il veut s'affirmer comme un constructeur au même type que les autres et d'ailleurs des rumeurs prétendent qu'il pourrait racheter HTC, ce qui simplifierait les choses...

HTC Nexus Sailfish Marlin
Le Google Pixel XL (Marlin) pourrait bien ressembler à ça. © AndroidPolice

Google n'a jamais caché que tout serait plus simple pour tout le monde si les fabricants n'avaient pas d'interfaces utilisateurs, à cause d'elles les mises à jour arrivent toujours trop tardivement sur les appareils (quand elles arrivent...). Ainsi, il désire probablement que les fabricants restent le plus fidèles possibles à Android Stock, alors que lui pourrait bien développer en parallèle sa propre interface basée sur stock, mais optimisée, voire personnalisée dans un style qui lui serait bien plus propre que ce que l'on voit maintenant sur les Nexus.

Cela serait ingénieux de sa part, puisqu'il se démarquerait de la concurrence : les autres auraient une interface plus proches de celle de base, et lui proposerait une interface 100% Google, avec des mises à jour rapides et des applications/services Google dans tous les coins. Bien évidemment, cela ne plairait pas aux autres fabricants...

Comment pourrait-il gagner la bataille ?

Google veut être indépendant des autres constructeurs pour la fabrication de ses Nexus, et certains autres constructeurs veulent être indépendants de Google au niveau de la version logicielle. Que pourrait bien faire Google dans cette guerre pour l'indépendance ? Il y a plusieurs scénarios, les plus intéressants étant selon moi les suivants :

1. Google arrête de partager Android

Le rôle de Google sur Android est considérable et s'il désire tout privatiser, il n'y a pas grand chose qui pourrait l'en empêcher. Les fabricants devraient se débrouiller eux-même pour créer le système d'exploitation, probablement en se basant sur les anciennes versions d'Android ou sur des ROM alternatives. La situation serait difficile pour les fabricants qui ont peu de moyens, mais pour les gros tels que Samsung cela serait une motivation pour accélérer la production de son propre système d'exploitation (Tizen).

Cette mesure serait radicale : Google se débarrasse de certains concurrents et oblige les autres à accélérer leurs plans. Le revers de la médaille est par contre considérable : moins de personnes utilisant Android représente également pour Google moins d'utilisateurs, ce qui n'est pas forcément à son avantage. Le jeu en vaut-il vraiment la chandelle ?

BP
Benoit Pepicq
Google n'empêchera jamais les autres fabricants d'utiliser Android sur leur smartphone, il aurait trop à y perdre
Qu'en pensez-vous ?
113 votants
50
50

2. Google propose Android en vente

Au lieu de couper les ponts avec les constructeurs, Google pourrait peut-être proposer l'accès au code source moyennant finances. Ainsi, chaque fabricant devrait débourser X euros pour accéder au code source et créer son propre système.

Cette mesure n'est pas vraiment convaincante non plus. Outre le même problème que le premier point (c'est à dire le risque de perdre des utilisateurs), Google a plus peur des gros concurrents (par exemple Samsung ou Huawei) que des petits.

3. Google continue à proposer Android mais impose des contraintes aux fabricants

Les deux points précédents sont dans le domaine du possible mais pas vraiment du probable. Il serait plus logique pour Google de continuer comme il le fait actuellement afin de maintenir ses utilisateurs, sa stratégie étant entièrement basée sur le nombre d'utilisateurs et leur contribution (plus ou moins volontaire). Dans ce cas, il pourrait bien opter pour la stratégie opposée à celles citées plus haut : forcer les constructeurs à rester sur Android (c'est à dire les faire renoncer au développement de leur propre OS) tout en diminuant leur potentiel le plus possible. Il est peu probable de voir une alliance entre les constructeurs (particulièrement entre les plus gros), donc la lutte va être serrée.

BP
Benoit Pepicq
Un triumvirat composé de Google, Huawei et Samsung ne serait pas une bonne idée.
Qu'en pensez-vous ?
86 votants
50
50

Malgré sa fragmentation au niveau des versions, Android est le système le plus utilisé. En pratique, cela veut dire pour une entreprise ou pour un 'simple' développeur que s'il veut faire une application, il doit la coder pour l'App Store d'Apple et/ou pour le Play Store d'Android afin de couvrir la (presque) totalité des utilisateurs. Si les autres fabricants veulent devenir indépendants avec leur propre système, les développeurs devront créer une application spécialement pour le système, ce qui demande autant d'argent que de temps, deux aspects importants pour tout développeur. Autre solution : le fabricant doit trouver une solution pour faire tourner l'application Android sur le nouveau système (bien évidemment sans le moindre bug ou retard), par exemple à l'aide d'une émulation, ce qui est loin d'être pratique. 

Il ne serait pas surprenant de voir Google mettre des battons dans les roues des autres fabricants. Voilà quelques temps, nous entendions parler d'un "classement de la honte" censé mettre la pression sur les fabricants pour qu'ils proposent les mises à jour plus rapidement, mais l'avenir quelles mesures concrètes Google peut prendre afin de tourner la situation entièrement à son avantage. C'est justement afin de contourner ce problème et de contourner les lois imposés par Google que certains fabricants envisagent l'indépendance logicielle avec leur propre OS.

Selon vous, que devrait faire Google pour prendre le pas sur ses concurrents ?

11 Commentaires

Ecrire un nouveau commentaire :
  • Super article.

    Je pense qu'il manque tout de même un aspect essentiel : L'aspect financier.
    Comment font-ils de l'argent ?
    Quelle part représente en bénéfice Android ?
    Que gagne t-il avec les nexus ?

    Ces réponses pourrait nous éclairer sur les questions évoquer dans l'article.

    J'ai tout de même un avis sur le sujet : Google et son rôle dans la guerre d'indépendance.

    Les constructeurs bien que désireux d'avoir une indépendance logiciel savent trop bien qu'ils en sont incapable et chérissent leur partenariat avec Google qui s'est posé en sauveur quand Apple a débarqué avec ios.
    Google avec AOSP a donné une base solide à tout constructeur assez ambitieux pour mettre les mains dans le cambouis. Puis avec Vanilla il a apporter la cohérence dû à son écosystème (google store, gmail, chrome, maps,...). Cet écosystème est aussi à ce que je sache sa source de revenu principale grâce à son moteur de recherche et la collecte de données divers.

    Il est requis pour chaque constructeur qui veut le store d'application de google sur son téléphone d'installer aussi les applications du "pack vanilla".

    L’objectif de toute société étant de "grossir" les constructeurs qui veulent plus d'argent s'attaque au "pack vanilla" et proposent leur propre services. des navigateurs alternatifs à chrome, un client mail différent, lecteur de musique, de vidéo différents et pour comble même des store supplémentaire comme chez Samsung. (qui a son passe droit car c'est le plus grand constructeur du marché)

    Cette volonté de toujours vouloir concurrencer qui est bénéfique dans le marché de l'hardware devient un frein à la cohérence et à l'innovation dans le software. ça créer uniquement de la fragmentation et de la faiblesse chez les moins capables. En plus d'énerver google qui voit son business parasité.


    Google bien que désireux d'avoir une indépendance matériel sait trop bien qu'il en est incapable et chérie ses partenaires constructeurs qui lui fournissent une plateforme hardware pour vendre son "vanilla pack".

    1er problème : Les constructeurs sont nul en software.
    Solution : donnant leur un exemple, naissance des Nexus. ( illustration parfaite du pack vanilla en action)

    2ème problème : Les constructeurs sont têtus ils prennent le software pour du hardware qu'on renouvelle avec la nouvelle
    machine. De plus ils ne respectent pas le pack vanilla et tapent dans notre business.
    Solution: On va aussi tapé dans leur business, naissance du pixel.

    Pixel : Google arrête d'être mi-figue mi-raisin et entre officiellement dans la vente de smartphone. Finis l'interface utilisateur
    vanilla sans personnalité, non formaté pour un hardware précis mais conçu comme une paire de chaussette taille
    40 à 46.
    Partenariat signé un opérateur pour la distribution et accord de "pas touche à mon os" pas de bloatware sur
    Pixel.
    Les prix sont automatiquement justifié par la présence en boutique.

    • C'est très juste. On s'attache toujours sur le côté technique des produits, leurs performances, leurs qualités et leurs défauts, on oublie assez facilement que Apple, Samsung, Google and Co sont avant tout des multinationales dont la raison d'être est de faire de l'argent. Les nouvelles technologies sont le créneau qu'ils ont choisi pour concrétiser ce projet. Le besoin ou le souhait exprimé par le client est le prétexte avancé, quand il n'est pas créé de toutes pièces par le concepteur.
      C'est pourquoi le terme d'indépendance, à mon avis, quelque part est un leurre. Il implique une autarcie impossible à réaliser. La concurrence implique une interdépendance inévitable, aussi bien technique (création des produits, mise en oeuvre, distribution) que logistique (marketing, publicité, suivi financier et politique). Chacun surveille son voisin, à la fois pour protéger ses produits, pour s'inspirer de ceux du voisin, et même les contrer. . Défense et attaque, c'est la base de toutes les guerres. Le problème est d'autant plus complexe que les services intermédiaires, les constructeurs notamment, font l'objet de marchandages entre les parties.
      Cette guerre d'indépendance, ou plutôt d'interdépendance, fait des ravages, puisqu'elle impose des calendriers démentiels, et une escalade dans la recherche, dans les méthodes, dans la diffusion.
      L'indépendance d'Apple ne sera donc jamais complète, heureusement parce que si c'était le cas, ce serait un monopole absolu, l'apogée d'un hyperlibéralisme triomphant, mais un déni démocratique. Big Brother n'est pas loin...

  • Je crois que l'on perd de vue que Google c'est avant tout une régie publicitaire, ils tirent 90% de leur revenu de la Pub. Donc pour eux l'important est et restera toujours d'accéder aux plus de gens possible.
    En partant de ce postulat, il est difficile d'imaginer Google fermer la porte aux constructeurs. Par contre là ou ils vont être attentif c'est si il commence à y avoir un désamour pour Android, si les clients quitte leur plateforme ils agiront pour conserver leur "clients".

    • humour noir?

    • Wakfu depuis 2 mois Lien du commentaire

      C'est quoi ce design qui devient populaire? Oui, il est beau, mais le shine lite est pareil et honor a juste mis un capteur aussi. La nouvelle génération? Le verre 2,5D?😃

  • Google semble empêtré dans sa stratégie d'avoir laisser aux constructeurs, surtout les plus importants, une marge de manœuvre qui permettait à Android, au départ, de présenter des solutions différentes et donc d'intéresser un maximum de clients potentiels. Cette stratégie a payé assez longtemps mais aujourd'hui on n'en mesure mieux les limites.
    C'est une guerre picrocholine et à peine larvée qui se dessine aujourd'hui et maintenant Google semble prêt à sortir de sa torpeur pour imposer une vision et des axes de développement qui lui permette de rationaliser des avancées qui sont devenus, au fil du temps des lourdeurs pour ne pas dire des boulets, je pense à son magasin d'application, l’homogénéité d'Android (comparé à iOS qui n'est pas sans défaut non plus) et à ses mises à jour.
    La difficulté que rencontre Google et qu'il n'avait probablement pas imaginé c'est l'interdépendance qui existe, et qui se renforce avec le temps, entre lui et les principaux constructeurs par rapport à l'OS. Chacun aurait, stratégiquement, intérêt à sortir de cette dépendance mais l'enjeu paraît bien trop risqué.
    Seul Google semble capable de sortir du dilemme et imposer des critères plus strictes à Android pour résoudre ces pesanteurs qui nuisent au développement de sa stratégie.
    La conséquence probable à cet hypothétique changement c'est un Android à deux vitesses, l'une qui pourra amener des "innovations" et prendre quelques risques et réservée aux constructeurs les plus aguerris et une seconde réservée aux "suiveurs" qui se contenteront d'une version standard mais propre sans surcouche propriétaire dont seul l'apparence esthétique sera la marque de fabrique.

    • Est-ce que je rêve? Tu adoubes la stratégie du tout puissant Google et bientôt tout seul sur le marché avec ses marques blanches... si ses acteurs n'y prennent pas garde?
      ça va faire comme Microsoft, qui a imposé Windows, par le désir des clients, en tuant au passage OS/2, CP/M, DR/Dos et bien d'autres encore que j'ai déjà oublié. Il a même failli envoyer Apple aux oubliettes, qui a fini par ressusciter à l'initiative de Bill Gates et grâce à la baguette magique de Steve Jobs.

      • Je constate une réalité. Que cela me plaise ou non est un autre problème, intéressant en lui-même. Ma vision des choses ou mon analyse s'affine et je préfère un Android sain et capable de se développer plutôt que sclérosé comme il le devient de plus en plus. Maintenant, trouver d'autres solutions avec des acteurs suffisamment puissants pouvant partager l'avenir de l'OS sans les problèmes d'aujourd'hui serait sûrement encore mieux, la mainmise du seul Google est en effet un danger. D'ailleurs c'est que j'ai écris - l'une qui pourra amener des "innovations" et prendre quelques risques et réservée aux constructeurs les plus aguerris ... -
        Voir Google se "Microsofter" est en effet dangereux, ce qui n'a pas empêché Microsoft de louper le bon virage.

  • Rideau depuis 2 mois Lien du commentaire

    Je suis d'accord sur le fait que Google devrait plus contrôler et limiter les modifications sur les surcouches. Peut-être autoriser de légers changements visuels mais imposer Material Design, interdire l'ajout d'applications préinstallées comme Skype sur Touchwiz, Facebook sur Xperia UI, Deezer sur les Huawei, Microsoft sur les Lenovo (j'ai pas envie de payer mon téléphone pour avoir du contenu sponsorisé dessus ou d'avoir certaines applications en double), rendre obligatoire l'intégration de l'écosystème Google... pour garder le contrôle et permettre une cohérence entre tous les appareils Android, et puis de proposer des mises à jour de sécurité quand un gros méchant malware est de sortie et des mises à jour majeures le plus tôt possible. Les surcouches devraient juste servir à programmer des fonctions matérielles, sinon les constructeurs pourraient créér une ROM Custom.

  • Google dépendant des autres constructeurs? ça me fait doucement sourire.
    Au début des smartphones, ils étaient prés à lancer leur propre appareil.
    Mais ils ont finalement renoncé en se disant que le marché serait plus lucratif, plus favorable pour une adoption rapide et massive de leur OS.
    C'était une décision intelligente et stratégique.
    Aujourd'hui, ils veulent produire leur propre terminal de A à Z?
    Ils risquent effectivement de laisser bon nombre de constructeurs sur le carreau et de clients en rase campagne.
    Bonjour les maj sur les vieux téléphones.
    Ils ont intérêt à frapper fort, précisément et toucher un max de clients en un minimum de temps. Faire une sorte de Blitzkrieg, un tsunami, pour faire en sorte que l'adoption des nouveaux modèles soit virale et "obligatoire", disons par la force des choses. Et que les constructeurs qui restent soient condamnés à suivre les évolutions d'Android et donc à abandonner leurs surcouches logicielles.

Nous utilisons les cookies sur ce site pour améliorer votre expérience utilisateur. Plus d'informations

J'ai compris