Le super appareil photo du Z2

  • Réponses :0
  • OuverteNon stickyNon répondu
  • Posts de Forum 181

15 sept. 2015 15:34:17 via site

Déjà testé et apprécié sur le Journal du Geek, le Sony Xperia Z2 se devait d’être essayé sur Pixelistes. Après tout, DXO l’a classé devant les Nokia Lumia 1020 et 808 Pureview dans son TOP des photophones, le considérant ainsi comme le meilleur du marché. exemple-éclairage-5 Pourtant, nombreux sont ceux qui ont réagi. Dénonçant à cor et à cri que ce n’était que du bullshit, que rien ne pouvait détrôner le 1020, son grand capteur et sa stab optique. Alors, délire scientifique ou véritable constat ? C’est ce que nous allons tenter de découvrir ! Certains l’auront peut-être remarqué, je me suis occupé de la partie photo du test du Z2 sur le Journal du Geek. Je vous invite à lire le test du JDG avant cette partie si vous souhaitez vous faire une opinion complète sur le Z2.

Sur le papier
Le capteur Exmor RS de type CMOS 1/2,3″ rétroéclairé Sony de 20,7 mégapixels qui équipe le Xperia Z2 n’est pas une nouveauté, puisqu’on le trouve également sur le Xperia Z1, sorti quelques mois plus tôt. exemple-éclairage-3 Les algorithmes de traitement ont en revanche fait l’objet d’un gros travail mais nous y reviendrons. Côté optique, on a une focale équivalente à 27mm pour une ouverture F/2.0. 438x261-438x261-sony-xperia-z1-img2-7579 À titre de comparaison, le Nokia 1020 offre une focale de 25mm sur un capteur 1/1,5″ avec une ouverture f/2.2. Mais, comme vous le verrez dans la conclusion, ce n’est pas un comparatif papier qui aide à se décider.

Sony Xperia Z2 Nokia Lumia 1020
Taille et type de capteur Exmor RS rétroéclairé CMOS 20,7 megapixels 1/2,3″ CMOS rétroéclairé 41 megapixels 1/1,5″
Vidéo 4K, full HD et 720p en 120 images par seconde avec stabilisation Full HD 30p avec stabilisation
Focale (en équivalent 35mm) 27 mm 25 mm
Zoom et Stabilisation Numérique / Oui numérique Système Pureview équivalent à un zoom optique 4X / oui optique
Flash Oui Dual LED Oui Xénon et LED
Prise en mains : dans la vie il faut que ça glisse
Le Sony Z2 est un mobile Premium, un haut de gamme. C’est également le fleuron de la marque et Sony a donc utilisé des matériaux de premier choix. Composée d’une bordure en métal entre deux plaques de verre, la finition du Z2 est superbe et le rend très agréable au toucher. Problème : le verre ça glisse ! Encore plus lorsqu’il est mouillé !

exemple-éclairage-4

Le déclencheur qui sert à lancer l’appareil photo est situé trop en bordure du mobile. Il faut appuyer fort dessus pour lancer l’application photo. Cela évite les déclenchements intempestifs, mais cela augmente les risques de voir le mobile glisser lorsqu’on souhaite l’activer à une main.

exemple-éclairage

Le capteur photo est situé tout en haut à gauche, lorsque l’appareil est tenu à l’horizontale. C’est un très mauvais choix pour plusieurs raisons :

1) On a tendance à avoir l’index gauche dessus 2) Si on évite d’y mettre l’index gauche, c’est la main droite qui doit s’occuper de soutenir le mobile et de déclencher et encore une fois, au risque de le voir glisser des mains. 3) On pourrait penser tenir le mobile plus bas, le pouce gauche gauche appuyant alors sur l’écran. Mais l’écran est tactile donc impossible.

exemple-éclairage-6

Bref, niveau prise en main, ce n’est pas la joie. Il faudra veiller à ne pas avoir son gros doigt sur le capteur, ne pas le faire tomber en activant le mode photo, etc. À 599€ le mobile, il faudra rester concentré. On regrette que Sony ne propose pas une sorte de grip optionnel et amovible.

Le syndrome de la photo de vacances : le doigt sur l’objectif ! (cliquez pour agrandir)

Interface photo/vidéo : simple et efficace !
Sony a joué la carte de la simplicité en créant un menu sous forme d’icônes. Chacune de ces 12 icônes correspond à une fonction. On se retrouve ainsi avec :

Un mode Auto intelligent ultra efficace ;
un mode manuel incomplet ;
un mode 4k qui nécessite une excellente carte mémoire et un écran 4k pour en profiter ;
un mode vidéo Timeshift (le meilleur mode vidéo que j’ai pu tester à ce jour) qui permet de réaliser des vidéos entièrement en slow motion, ou d’en ralentir une partie ;.
un mode floutage d’arrière plan qui va prendre plusieurs photos pour établir un plan flou derrière le sujet principal net ;
un mode réalité augmentée (qui permet d’intégrer des éléments en 3D dans un décor réel) ;
un mode Info Eye basé sur la réalité augmentée, il agit comme Google Goggle à savoir, il analyse l’image et en sort des informations. C’est assez cool lorsque ça fonctionne ;
un mode Vine pour faire du bon Vine ;
un mode Effet créatif mauvais aux rendus horribles et que vous n’utiliserez probablement jamais ;
un mode Timeshift Burst qui prend 60 images d’un coup (30 avant le déclenchement et 30 après) pour vous laisser choisir la photo de votre choix ;
un mode Social Live qui permet de diffuser directement sur Facebook photo ou vidéo. Ce serait très utile à James Bond ou en cas de prise d’otage. Dans un contexte normal, on préférera capturer d’abord et diffuser ensuite ;
un mode Panorama par balayage qui fonctionne comme tous les autres modes du genre. Il est rapide, simple, et efficace. L’algorithme est efficace et on obtient rapidement des panoramas réussis.
Screenshot_2014-04-16-16-58-42-II Screenshot_2014-04-16-16-58-47

Concrètement, on utilisera le mode auto intelligent dans presque tous les cas, excepté pour créer une photo panoramique, une vidéo en Slow Motion ou en 4K, ou un Vine. Le mode auto s’adapte parfaitement au sujet et le mode manuel ne propose rien de raffolant en plus, à part le réglage ISO. En vidéo, l’AF fait la mise au point à coup sûr.

Photo : samples et essais
Comme des exemples valent mieux qu’un long discours, voici des images capturées avec le Z2. On constate que le photphone de Sony ne brille pas en basse lumière : l’image est beaucoup trop lissée et on perd une grande partie des détails.

DSC_0153En basse lumière, l’image est trop lissée et manque de détails. On est loin du Lumia 1020 à ce niveau. Dommage de ne pas pouvoir régler le niveau de détails dans les options

En revanche, il est excellent dans les conditions d’éclairage optimales, et la dynamique est impressionnante pour un mobile, puisque les hautes et basses lumières sont très bien gérées et cela, sans avoir recours à l’astuce HDR.

DSC_0039Exemple d’une image en contre jour difficile pour l’appareil. Ici sans aucune modification. Les parties sous et sur exposées regorgent de détails et le halo de lumière est très bien contenu. Là dessus, il se classe au dessus des autres photophones, Lumia 1020 compris

Chose qu’on ne voit pas sur les images présentées, mais qui est flagrante, c’est la rapidité de l’autofocus et du déclenchement. Un vrai plaisir lorsqu’on snapshot. Et si on a besoin de plus de rapidité, on active le mode Timeshift Burst qui, comme indiqué plus haut, capture 60 images (30 avant le déclenchement et 30 après) en une seconde, et nous laisse choisir celle que l’on préfère. Voici une sélection d’images samples (j’insiste sur le sample, n’y voyez pas de performance artistique ou photographique). Vous pouvez les afficher en 100% en cliquant dessus.

L’abus de HDR nuit gravement à l’image…

… et fait apparaître pas mal de bruit

La rapidité de déclenchement permet de capturer ce genre de scène

On atteint rapidement les limites en basse lumière

Quand je vous disais que la dynamique était excellente

Un exemple un peu extrême

Personne ne supposerait que cette image a été prise avec un smartphone

Le mode réalité augmentée est amusant mais on en fait vite le tour

Un selfie (j’ai osé). Notez flou en arrière plan et le visage pas trop déformé (enfin pas plus que d’origine 😀 )

Exemple de post-prod :

Avant

Après

Vidéo : Slow Emotion
C’est le point mis en avant par Sony dans sa campagne de communication et on comprend facilement pourquoi. Je me suis éclaté ! Sincèrement, je ne m’étais pas autant amusé à faire des vidéos avec un téléphone mobile depuis… le Nokia 3650. Les vidéos sont fluides, et la 4K permet de zoomer dans l’image. Mais ce que j’ai adoré par dessus tout, c’est la possibilité de filmer en 120 images par seconde dans un environnement aquatique. Car le Z2 est étanche, et ça offre pas mal de possibilités créatives.

Exemple de vidéo en slow motion, un brin patriotique

Et on finit par une vidéo Vine :

Un logiciel de post-production intégré réussi
Le Xperia Z2 permet de traiter les photos. Et le logiciel est poussé et complet, allant de la simple petite correction de luminosité à la grosse post-prod HDR, en passant par les filtres, effets de flou, etc. Ce qui complète le mode auto qui lui, reste très soft. Les modifications sont non destructives, permettant de s’amuser à gogo.

Screenshot_2014-04-17-15-38-17La sélection de filtre s’accompagne d’effets de flou. L’ensemble plaira aux fans du genre

Screenshot_2014-04-17-15-43-16Le mode noir et blanc propose également de supprimer une dominante via un filtre, en plus de la gestion de la luminosité et du contraste

Screenshot_2014-04-17-15-39-16Il existe également des styles N&B prédéfinis

Screenshot_2014-04-17-15-41-45Le mode HDR à partir d’une seule image est bluffant, et vous permet d’agir avec finesse ou à la truelle. Le rendu peut ainsi être naturel ou orienté illustration

Screenshot_2014-04-17-15-38-57La palette d’options est complète tout en restant abordable par le néophyte

Conclusions : le meilleur photophone du marché devant le Lumia 1020 ?
J’ai préféré le Z2 au 1020. Mais on ne peut décemment placer l’un devant l’autre tant leurs cibles diffèrent.

Avec le Z2, Sony nous délivre ce qu’on attend généralement d’un photophone : créer des choses fun facilement et rapidement, et utiliser des fonctions sympa, différentes, amusantes, et exploitables. Il y a pleins de petites options intéressantes, nativement intégrées au mobile, qui permettent de s’amuser et qu’on utilise. On les utilisent car elles apportent réellement quelque chose en plus. Une expérience ludique. Enfin, le Z2 est rapide. Rapide à se lancer, à faire la mise au point, à déclencher, à enregistrer (même pour une vidéo en 4K).

Le 1020 est diamétralement opposé. Il offre une qualité d’image stratosphérique pour un mobile et il faudrait être aveugle pour ne pas le remarquer (ou de mauvaise foi). Mais cette qualité d’image se paie cher : on commence par le rééchantillonage, qui nativement n’offre que 5 mégapixels. Les 38 mégapixels effectifs ne seront exploitables qu’en mode RAW après une bonne post-production (le JPEG fourni n’est pas intéressant). L’autofocus est à la ramasse, idem pour le suivi AF. Et le 1020 est lent ! Lent à lancer l’appli photo, lent à déclencher, lent à enregistrer, lent entre deux prises de vues. Une lenteur qu’on a déjà du mal à pardonner à un appareil photo et qui est encore plus pénalisante sur un appareil censé capturer des images sur le vif. En contre partie, les images procurées sont sublimes, tout comme les vidéos en « simple » 1080/30p, mais avec une qualité audio d’enregistrement phénoménale et une stabilisation optique.

Voilà pourquoi j’ai préféré le Z2. Si je veux m’amuser à jouer du réglage pendant de longues secondes, à fignoler la MAP à la main, ou à traiter des fichiers RAW, je prends mon appareil photo. Avec mon smartphone, je veux un outil de snapshot.

Mais d’autres préféreront prendre leur temps. À l’instar d’un vieux Rolleiflex, qui nécessite de se poser pour faire la MAP en douceur. Ils apprécieront de travailler leur image comme ils le feraient avec celles d’un véritable appareil photo.

En fait, le Sony Xperia Z2 me fait penser à une voiture de sport fraîchement sortie, remplie d’options et de gadgets. Le genre d’engin conçu pour s’amuser partout où l’on pourrait l’exploiter, accompagné du bruit rageur de son moteur et d’une douce odeur de gomme brûlée, procurant un sourire ineffaçable sur le visage. Le Nokia Lumia 1020, lui, fait penser à une voiture de collection, faites pour cruiser tranquillement, longeant les côtes d’une mer reflétant la lumière d’un beau soleil estival, cheveux au vent.

note 07

Si vous avez eu la flemme de lire le test :
Le Sony Xperia Z2 embarque le même capteur 1/2,3″ Exmor RS rétroéclairé CMOS 20,7 megapixels que le Z1
Il dispose d’un excellent mode automatique intelligent
Le mode manuel est trop limité
La prise en main est délicate, le mobile est glissant et anguleux
Le Z2 est étanche et permet de capturer des photos sous l’eau ou sous la pluie
On peut capturer 60 images en une seconde pour choisir celle qui convient
On peut filmer en 4K
On peut filmer en 720p en 120 images par seconde, puis éditer la vidéo pour ralentir la partie que l’on désire, ou carrément toute la vidéo
Le logiciel de retouche intégré est réussi et intuitif
L’autofocus est ultra rapide
La post-production offre de nombreux outils et fait mieux que la majorité des meilleures appli du genre
Le déclenchement est très rapide
Le montée en ISO est moyenne
Le flash est un peu faible
La création de photo panoramiques est un jeu d’enfant
La qualité d’image est inférieure au Lumia 1020 mais…
… l’autofocus est plus rapide, le déclenchement est plus rapide et la dynamique est meilleure
En basse lumière ce n’est pas ça du tout
Le Z2 possède la meilleure dynamique du moment côté photophone
Mot de la fin
On vit dans un monde de consommation obsédé par la performance, au détriment du besoin ou du plaisir. Certains sont prêts à acheter une chose qui ne leur convient pas, sous prétexte qu’elle a obtenu une meilleure note dans un comparatif, ou qu’elle a été acclamée par la presse ou la critique. Et si on se focalisait sur nos envies ? Qu’est-ce que je préfère avoir ? Un smartphone photo ou un appareil photo smartphone ? Ce n’est pas une question piège, il n’y a pas de mauvaise réponse. Si vous êtes obsédé par la qualité d’image, alors le 1020 vous fera rêver. Si vous souhaitez plutôt vous amusez, et vous focaliser sur le sujet plutôt que sur l’outil, alors le Z2 vous permettra de vous éclater. Mon choix a été de laisser le 1020 pour le Z2. J’ai fait l’impasse sur une certaine qualité d’image (principalement en basse lumière), mais j’y gagne en réactivité, ce qui est essentiellement ce que j’attends d’un photophone.

Magnaque du Z2 💀