Nous utilisons les cookies sur ce site pour améliorer votre expérience utilisateur. OK

Pâques est avant tout bien sur la chouette après-midi pendant laquelle nous avions l'habitude enfant (et parfois encore adulte) de nous ébattre gaiement dans la nature ou la grisaille de la ville à la recherche d'oeufs en chocolat parfois délicieux - et parfois non - que nous distribuaient des cloches volantes que nous ne pouvions jamais voir, naïfs que nous étions alors. Toutefois si ce jour est pour nous prétexte à de telles orgies immodérées de sucreries impies, c'est parce que c'est la fin du Carême et la résurrection du petit Jésus (qui a l'époque n'était d'ailleurs plus si petit). Ce chenapan nous a quand même bien eu : arriver pendant sept jours à faire croire à la Palestine entière que l'on a succombé sur une croix après une lente agonie pour ressurgir sans prévenir en manquant de faire avoir une crise cardiaque à cette pauvre Marie Madeleine, c'est tout de même cruel. Mais je divague. Tout ceci pour dire que si ce farceur de Jésus avait eu un smartphone, je met ma main à couper qu'il l'aurais joué autrement ; mais encore une fois, cela n'engage que moi bien sur...

Nous avons déjà bien rigolé je vous l'accorde, mais, ce jour étant spécial (demain c'est ferié en Allemagne) et les quantités de chocolat que j'ai ingurgité (je n'en pouvais plus d'attendre) produisant sur moi un effet étrange, je ne m'arrête pas là. J'ai également jugé qu'il eut été dommage de ne pas partager avec vous en ce jour saint (presque) cette vidéo modestement rigolotte d'un boute-en-train québecois qui visiblemement a plus d'une dent contre Pâques ; et contre les lapins. Parce que "Pâques, c'est l'occasion de fêter le retour de Jésus..."

Pas de commentaire

Ecrire un nouveau commentaire :

Nous utilisons les cookies sur ce site pour améliorer votre expérience utilisateur. Plus d'informations

J'ai compris