Nous utilisons les cookies sur ce site pour améliorer votre expérience utilisateur. OK
9 partages 6 Commentaires

Dessine-moi : Facebook ajoute l'info "Enceinte" et autres voyeurismes

Facebook. Un réseau social qui vous permet -si vous le désirez- de communiquer des informations sur vous. Au départ tout était très basique. L'âge, les villes où vous avez vécu, vos goûts en musique. Déjà lors de ma première inscription -en 2006- j'avais trouvé quelques informations intrusives. Mes préférences sexuelles, ma religion ou mon orientation politique ? Merci bien, mais je les garde pour moi. Désormais on peut dire bien plus de choses, mais toutes aussi personnelles. Et alors qu'en 2007 rares étaient ceux qui renseignaient complètement leur profil, désormais il est de bon ton d'en avoir trois pages. Jusqu'à cette dernière évolution : Mesdames, Annoncez que vous êtes enceinte directement sur votre statut ! Les réseaux ont changé notre manière de voir notre vie privée, et au lieu de la cacher nous la mettons en scène. Ne voyons-nous pas le danger ?

Après en couple, ou c'est compliqué (ce que je me suis déjà toujours refusée à remplir) voici donc "J'attends un enfant" ! Une case toute prête, plus qu'à remplir avec les informations suivantes : le nom du futur bambin, le père (une bonne manière de lui annoncer) et la date prévue de l'accouchement. Cela ne m'étonnerait guère que les photos de l'échographie mensuelle y trouvent bientôt leur place, elles aussi.

La course au like

Et là on parle de Facebook, mais il n'est pas le seul. Tous les réseaux sociaux participent de la même dynamique : communiquer avec tout le monde et n'importe qui sur n'importe quel détail de notre vie. Le problème c'est qu'on utilise Internet comme un journal intime mais qu'au lieu de le cacher, cadenassé, dans un tiroir à double fond, nous le mettons en ligne au su et à la vue de tous. Pire nous nous mettons en scène pour en tirer un peu de gloire, de reconnaissance, de popularité. C'est une course au like.

CE N'EST PAS INTERESSANT !

Il y a un deuxième travers à étaler comme notre vie privée. Nous perdons de vue ce qui est vraiment intéressant sur nous même comme sur les autres. Combien de photos de petits déjeuners tendance vintage avez-vous vu dernièrement ? Et combien de pieds au bord de l'eau cet été ? Dans cette ère du tout communication, nous communiquons n'importe quoi. Si on revient un peu en arrière, à une époque la phrase "Moi, hier, j'ai mangé une pomme" ou "Ma grand-mère fait du vélo" était utilisée pour souligner l'inintérêt de la conversation. Maintenant on la prend en photo cette pomme et on attend que les gens la like.

Je sais tout sur toi

Enfin, il y a un danger à étaler ainsi le moindre de nos faits et gestes. Une expérience avait été menée par sur le-Tigre.net qui nous rappelle à quel point il peut être dangereux de raconter toute sa vie sur des serveurs qui ne sont pas nôtres. Le site internet raconte la vie d'un individu pris au hasard sur Google, Marc L. Et en suivant sa trace sur les réseaux sociaux, les sites d'école, les blogs communautaires etc, il raconte tout simplement sa vie. Extrait.

Au printemps 2008, tu as eu une histoire avec Claudia R***, qui travaille au Centre culturel franco-autrichien de Bordeaux (je ne l’ai pas retrouvée tout de suite, à cause du caractère ü qu’il faut écrire ue pour Google). En tout cas, je confirme, elle est charmante, petits seins, cheveux courts, jolies jambes. Tu nous donnes l’adresse de ses parents, boulevard V*** à Bordeaux. Vous avez joué aux boules à Arcachon, et il y avait aussi Lukas T***, qui est le collègue de Claudia au Centre Culturel. Fin mai, il n’y a que quatre photos, anodines, de ton passage dans le petit appartement de Claudia (comme si tu voulais nous cacher quelque chose) et une autre, quelques jours plus tard, plus révélatrice, prise par Claudia elle-même, chez elle : on reconnaît son lit, et c’est toi qui es couché dessus. . Habillé, tout de même. Sur une autre, tu te brosses les dents. C’est le 31 mai : deux jours plus tôt, vous étiez chez Lukas « pour fêter les sous de la CAF » (une fête assez sage, mais Lukas s’est mis au piano pour chanter des chansons en allemand, tout le monde a bien ri, vidéo sur Flickr).

Certes nous avons un besoin de reconnaissance que nous apporte Internet. N'importe qui peut avoir son instant de gloire grâce à Youtube, Facebook, ou Twitter. Mais réfléchissez-y à deux fois avant de confier des informations à une jungle d'anonymes pas tout bien intentionnés.

Vous avez aimé le dessin de Nina ? Retrouvez toute l'actualité en images ici.

Et vous que pensez vous sur le sujet ? Seriez-vous plus du type à remplir toutes vos informations ou rien du tout ?

6 Commentaires

Ecrire un nouveau commentaire :
  • Pathetique ! J'ai un compte car pour consulter certains trucs il faut être inscris, inconcevable de mettre mon vrai nom sur le net et d'y raconter ma vie ! Vraiment je comprends pas ceux qui le font !

  • J'avais un peu étudié la question il y a quelques temps et un des meilleurs moyens pour se retirer complètement des réseaux sociaux, sans y passer trois heures est un site appelé http://suicidemachine.org/.

    Il vous permet de vous "Suicider" des réseaux sociaux.
    En tout cas googlez vous de temps en temps pour vérifier les traces que vous laissez !

  • L'identité (et l'anonymat) sur Internet est une vaste question dont nous payerons les pots cassés dans quelques années je pense. Il n'y a qu'à voir, dans la plupart des entreprises, on consulte plus votre profil Facebook que votre CV avant de vous embaucher <toi même tu sais LB>.
    Big up pour le dessin !

  • il faudrer le publier de partout sur internet sur les murs pour que tout le monde le sache je vais faire un copier coller biz.

  • Est-ce vraiment possible ? Je crois qu'on ne peut que le désactiver et que les informations données sont propriétés de facebook une fois mise en ligne, et cela pour toujours.
    Il faut mieux faire attention à ce qu'on le met dessus dès le début !

  • Supprimer définitivement son compte facebook me semble une bonne idée, en tout cas c'est mon avis.

Nous utilisons les cookies sur ce site pour améliorer votre expérience utilisateur. Plus d'informations

J'ai compris