Nous utilisons les cookies sur ce site pour améliorer votre expérience utilisateur. OK

Dead Trigger, le piratage et l'économie de la gratuité

Voici une nouvelle qui pourrait bouleverser l'économie des applications payantes : les développeurs de Dead Trigger ont décidé de proposer leur jeu gratuitement sur Google Play pour lutter contre le piratage. Ils comptent gagner de l'argent non pas par les ventes de l'application en elle-même mais grâce aux achats faits directement pendant le jeu. D'ailleurs, ils ont promis-juré aux fans que cela n’interférerait pas avec la progression naturelle de Dead Trigger. En d'autres termes : vous ne débourserez pas un centime pour pouvoir finir le jeu mais vous pourrez utiliser vos deniers pour acheter une toute nouvelle arme.

Surfant sur la vague de l’apocalypse zombie, Dead Trigger est un jeu de tir aux graphiques 3D et à la bande son impressionnante. On voit que les développeurs ont beaucoup investi, ce qui ne rend son nouveau statut de « jeu gratuit » que plus remarquable.

Malgré le piratage, Dead Trigger a été téléchargé plus de 100 000 fois sur Google Play depuis la sortie du jeu, le 20 juillet dernier. Quant à savoir si Madfinger, à l'origine de l'application, remboursera les utilisateurs l'ayant achetée … Le mystère plane.

C'est l'économie des applications payantes toute entière qui est en question: bien sûr, il est triste d'apprendre qu'un jeu ayant requis autant de travail que Dead Trigger est massivement piraté. Mais l'idée de faire payer des éléments au sein même de l'application est brillante, et pourrait bien rapporter à Madfinger bien plus d'argent qu'en faisant simplement payer le programme. En effet, cela élargit considérablement l'audience susceptible de télécharger le jeu, qui serait par la suite plus encline à effectuer des achats dans le jeu.

On se demande quelles mutations Google Play connaîtra maintenant que des titres aussi prestigieux sont proposés gratuitement. Et ce que cela signifie pour de plus petits développeurs qui ne peuvent pas se permettre de proposer leur application gratuitement.

Source : The Guardian

Pas de commentaire

Ecrire un nouveau commentaire :

Nous utilisons les cookies sur ce site pour améliorer votre expérience utilisateur. Plus d'informations

J'ai compris