Nous utilisons les cookies sur ce site pour améliorer votre expérience utilisateur. OK

Pourra-t-on bientôt utiliser la 3G et 4G dans les avions ?

Utiliser une connexion mobile dans l'avion, est-ce envisageable dans un futur proche ? C'est en tout cas une question ouverte par l'Arcep, l'autorité de régulation des télécoms, qui engage une consultation publique destinée aux opérateurs, équipementiers et compagnies aériennes. Après l'introduction du WiFi chez certaines compagnies, pourrons-nous surfer en 3G et 4G ?

shutterstock 126379100
Capterons-nous mieux la 4G dans les avions que dans certaines régions de France ? / © Shutterstock / Digital Media Pro

Certaines compagnies aériennes permettent déjà l'utilisation du WiFi à bord de ses avions : cela va-t-il se généraliser ? Peut-on passer à un avion sans aucun activité télécom à un avion ultra-connecté, avec 3G et 4G dans les airs ? Bien entendu, les questions de sécurité sont les premières à venir à l'esprit, et c'est bien ce que l'Arcep tente de démystifier en lançant ce débat. 

Cependant, si cette consultation publique se conclut positivement, il faudra garder en tête que seule la fréquence 1800 MHz sera autorisée pour la 4G, fréquence uniquement utilisée par Bouygues Telecom à ce jour. Le problème ne se pose pas pour la 3G, l'Arcep préconisant le fréquence de 2100 MHz généralement exploitée en France.

flugmodus 2
Récemment, un rapport a montré que la mise hors tension totale des appareils électroniques lors du décollage et atterissage n'était pas indispensable. / © AndroidPIT

Une chose est sûre cependant : même si l'installation de la WiFi, 3G et 4G sera autorisée, cela ne veut pas forcément dire que les compagnies aériennes s'y plieront. Tout cela a un coût, et devinez sur qui il sera répercuté une fois la technologie mise en place... 

Les opérateurs et fabricants ont jusqu'au 11 avril pour donner leurs analyses. À partir de celles-ci, l'Arcep devra ensuite rendre son rapport et le faire examiner par le gouvernement. Si toute cette opération se solde positivement, rien ne dit que nos compagnies françaises et européennes suivront le pas.

Pas de commentaire

Ecrire un nouveau commentaire :

Nous utilisons les cookies sur ce site pour améliorer votre expérience utilisateur. Plus d'informations

J'ai compris