Nous utilisons les cookies sur ce site pour améliorer votre expérience utilisateur. OK
5 partages 2 Commentaires

Dessine-moi : Ne jamais faire confiance à son GPS.

Cela pourrait être un papier de Tata Parano mais non. Cette histoire plutôt insolite, et que j'espère ne lire que rarement, raconte à quel point on devient dépendant de nos objets électroniques. Où comment faire entièrement confiance à son GPS n'est pas forcément une bonne idée.

L'histoire début chez nos amis belges. Une dame de 67 ans prend son char, ah non ça c'est québécois , sa voiture pour aller chercher une amie à la gare à 60 km de son domicile. Elle ne connaît point la route et ni une, ni deux, branche son GPS.

Deux jours plus tard elle roule toujours, toujours guidée par la voix langoureuse et professionnelle de TomTom. Ni les panneaux en langues étrangères, ni les arrêts nombreux aux stations services ne la feront se questionner. Elle finira par s'interroger... à Zagreb, en Croatie. À 1500 km de chez elle.

Bien-sûr, me direz-vous, il faut être particulièrement à l'Ouest (lol) pour faire une chose pareille. N'empêche que. Je me souviendrais toujours de ce voyage linguistique au collège qui devait nous amener à Bonn (Allemagne) et qui nous a conduit jusqu'à Bonne (France). Ou plus facilement, de se voir apporter dans un coin de la ville qui n'a rien à voir avec notre destination première, parce que le GPS a eu un bug de mise à jour ou de fonctionnement. Comme l'a montré Nina, dans son dessin de la semaine : à trop faire confiance à son GPS, au lieu d'arriver au Paradis on échoue en Enfer (au lieu de prendre Stairway to Heaven, on débarque sur Highway To Hell) ! 

Morale de l'histoire : le GPS oui, mais la carte aussi !

Si vous avez aimé l'interprétation, retrouvez l'intégralité de notre rubrique dessine-moi l'actualité !

2 Commentaires

Ecrire un nouveau commentaire :

Nous utilisons les cookies sur ce site pour améliorer votre expérience utilisateur. Plus d'informations

J'ai compris