Nous utilisons les cookies sur ce site pour améliorer votre expérience utilisateur. OK

Pas de chance pour les jeunes anglophones qui ont un exposé aujourd'hui ! Wikipedia ne sera pas leur sauveur habituel. Car la page Wikipedia "english version" est en pause. Sombre et assortie d'un message, son but est de lutter contre les projets américains SOPA et PIPA. Jamais entendu parler ? Voici plus d'explications

Noir c'est noir, mais il y a encore de l'espoir. Ne vous étonnez pas si la plupart de vos sites de geek habituels n'ont pas l'air tout à fait normal. Le mercredi 18 novembre a été décrété journée internationale d'action contre les projets américains de loi SOPA (Stop online Piracy Act) et PIPA (Protect Intellectual Property Act) actuellement en discussion à la Chambre des représentants. Pourquoi ces lois se sont-elles attirées les foudres du tout Internet ? Voici une explication.

Ces projets de loi visent en fait à enrayer -encore et toujours- le téléchargement illégal. Ils stipulent que les fournisseurs d'accès à internet sont obligés de bloquer les sites ne respectant pas les droits d'auteurs. Par ailleurs tout acteur du web qui entretiendrait des relations commerciales avec ces sites pirates pourraient à leur tour être poursuivis. Ces projets de loi ont immédiatement provoqué un tollé, accusés de restreindre la liberté sur Internet voire d'instaurer une véritable censure. De nombreuses voix se sont élevées pour critiquer ce projet. Google, Amazone, Facebook, Wikipedia mais également des grandes maisons de disque ou des tenors de l'industrie hollywoodienne ont fait connaître leur désaccord avec SOPA et PIPA. La maison blanche elle-même s'est fendue d'un communiqué pour exprimer sa retenue vis-à-vis de ces mesures.

La peur de voir s'instaurer un système de dénonciation et de censure sur Internet a poussé la plupart des entreprises du Net à faire de ce mercredi 18 janvier, une journée de mobilisation. Wikipedia a ainsi condamné sa page anglaise, en proposant uniquement une redirection vers des informations sur PIPA et SOPA. James Wales son fondateur a déclaré : "C'est un projet de loi assez maladroit qui est dangereux pour un Internet libre". En se connectant sur Google depuis les Etats-Unis vous verrez également un bandeau noir accompagné d'explications et d'une invitation à signer la pétition, que l'on retrouve également sur Amazon. Minecraft, Wordpress ou Firefox par exemple font également partie de l'action. La liste des participants au black out day est à retrouver sur sopastrike.com.
Seul le responsable de Twitter a critiqué cette initative, estimant que "fermer une entreprise mondiale en réaction à un sujet de politique nationale est stupide". Il s'est cependant également prononcé contre le projet en signant une lettre ouverte parue dans le New-York Times.

Android est également concerné puisqu'une nouvelle application est parue, permettant de scanner le code-barre des livres, CD, DVD ou n'importe objet pour savoir si l'entreprise qui les commercialisent est pour ou contre SOPA. On y apprend notamment que Coca Cola par exemple est pour, alors que Smirnoff est contre.
 

On ne sait pas encore quel sera l'impact de ce singulier mouvement social, si il aura des conséquences politiques ou simplement médiatiques, mais le représentant Lamar Smit à l'origine du projet est revenu sur la question du blocages des sites qui portent atteinte au droit d'auteur. Il devrait proposer une version corrigée pour février.

Pas de commentaire

Ecrire un nouveau commentaire :

Nous utilisons les cookies sur ce site pour améliorer votre expérience utilisateur. Plus d'informations

J'ai compris