Nous utilisons les cookies sur ce site pour améliorer votre expérience utilisateur. OK

Google s'installe en France et aidera la Culture, la Recherche et le Développement de notre beau pays

 

(Crédit : Thomas Deron)

Google, qui vient d'inaugurer ses fabuleux nouveaux bureaux parisiens à 100 millions d'euros, continue de courtiser les Français. Son président exclusif, Eric Schmidt, a pour cette occasion reçu notre président, Nicolas Sarkozy, pour une visite de la Liquid Galaxy et aborder avec lui la possible « taxe Google ». Visant à taxer les acteurs d'Internet fiscalement enregistrés en dehors de l'hexagone pour financer nos frais culturels, cette mesure est en toujours en pourparlers. Cependant, Eric Schmidt a assuré que Google se plierait aux exigences de la France, même s'il lui semble plus positif d'utiliser ces ressources pour créer des emplois.

En un an, l'effectif français de Google est passé de 200 à 350 employés et l'on prévoit une équipe de 500 personnes en 2013. Jean-Marc Tassetto, directeur général de Google France, a souligné l'importance et la chance d'avoir une compagnie comme Google sur le sol français, ce qui devrait pousser à l’innovation. Dans cette optique, le plan d’investissement de Google France comprend un Centre de Recherche et Développement dont le but est d'aider les entreprises hexagonales à optimiser le potentiel du web. Le géant du web devrait également en toute logique être la maison d'accueil des plus talentueux de nos ingénieurs.

Au chapitre culture, Google ouvre son Institut Culturel Français, qui sera le berceau de l'Art Project notamment, une initiative permettant aux internautes de visiter virtuellement les collections de 17 musées du monde entier, dont le Château de Versailles ou le MoMA ou le Met à New York. Le projet du livre numérique, qui connu un accueil particulièrement houleux en France, poursuit son parcours. Hachette et La Martinière se sont ralliés à la cause de eBooks, qui gère la numérisation puis la commercialisation d'ouvrages. Dans un entretien accordé à Libération, Eric Schmidt souligne que les éditeurs commencent à y trouver leur compte et à en comprendre les avantages ; dans le cas de La Martinière, seuls des livres épuisés, dont les droits sont conservés par l'éditeur, seront disponibles sur la plateforme de Google. Schmidt ajoute que les négociations sont toujours en cours avec la Bibliothèque Nationale de France, qui a pour le moment préféré signer un accord avec Microsoft.

Puisque Google semble désormais être l'un des acteurs majeurs de la culture français, quel est son avis sur l'avenir de la presse ? Selon Schmidt, le déclin de la presse papier se résorbera d'ici 5 à 10 ans, quand l'usage des tablettes sera développé et intégré comme objet de la vie quotidienne.

Google nous offre avec son installation en France une belle leçon de modernité et de géopolitique : l'Internet ne connait pas réellement de frontières. 

Source : Libération

Pas de commentaire

Ecrire un nouveau commentaire :

Nous utilisons les cookies sur ce site pour améliorer votre expérience utilisateur. Plus d'informations

J'ai compris