Nous utilisons les cookies sur ce site pour améliorer votre expérience utilisateur. OK

Free mobile

Nous vous avons présentions hier en fanfare les offres de Free Mobile. Quand Xavier Niel annonçait que le 10 janvier serait à entourer de rouge dans nos calendriers et deviendrait historique dans le monde de la téléphonie mobile, il avait peut-être bien raison : Twitter et le web s'échauffent, les réactions fusent, les politiques s'emparent du phénomène, la bourse s'enflamme … Mais qu'y a t-il réellement derrière l'offre Free ? Est-ce le messie de la communication que les Français attendaient ? Quid de la concurrence ? Nous prenons aujourd’hui un peu de recul pour analyser le phénomène et revenons sur les conséquences qu'a eu l'annonce fracassante de l'entrée de Free dans la téléphonie mobile.

Free a tout compris : à la communication. Aucune publicité, aucun spot télé, pas de message radio, rien dans les rues … et pourtant (justement?) l'offre Free est sur toutes les lèvres. Depuis hier, Twitter est en ébullition, les articles pleuvent. Comment Xavier Niel, PDG de Free, a t-il réussi ce petit miracle ? En ménageant un suspens incroyable depuis l'annonce en janvier 2010 de l'attribution d'une licence de téléphonie mobile pour Free. Commentaires lapidaires à diverses manifestations, twitt énigmatique de Niel en décembre dernier (« The rocket is on the launch pad » ou « La fusée est sur la rampe de lancement »), rumeurs allant bon train mais aucun communiqué officiel … Tout est bon pour alimenter le buzz. Et au menu de la conférence de presse d'hier : des références qui lorgnent sur l'héritage de Steve Jobs, quelques formules chocs, quelques phrases diabolisant la concurrence et surtout une offre qui va plus loin que les plus folles des prédictions. La vidéo fait le tour du web et les réactions pleuvent. Les politiques s'emparent même du phénomène, Arnaud Montebourg twittant ainsi : « Xavier Niel vient de faire avec son nouveau forfait illimité plus pour le pouvoir d'achat des Français que Nicolas Sarkozy en 5 ans ». Un budget de com réduit au minimum pour un maximum de retombées médiatiques : chapeau bas Free.

Free a tout compris : à la Bourse. A la clôture de la Bourse de Paris, une action Iliad, maison-mère de Free, coûtait 97,67€, soit une augmentation de 2,81%, alors que les titres Bouygues Télécom et SFR perdaient respectivement 1,53% et 0,25% et que France Télécom résistait difficilement mais vaillamment. Prochaine étape pour Xavier Niel : rejoindre le CAC 40. Il faudra pour cela que l'entreprise augmente les volumes échangés et que le PDG réduise sa participation au capital, qui est pour le moment de 64%. Belle performance pour une entreprise relativement jeune.

Free n'a pas tout compris : à la transparence. En France, on est habitués aux beaux discours. On a été à rude école et on sait maintenant que « les promesses n'engagent que ceux qui y croient ». Comme le soulignait Vincent, l'un de nos internautes, Free, malgré ce que M. Niel prétend, est un « adepte de la petite ligne en bas du contrat ». Nous nous sommes donc penchés sur la question. Tout d'abord, au sujet du tout-illimité : le forfait à 19,99€ est, peut être par raccourci, censé proposer l'Internet illimité. En fait, on aura droit à 3 Go. Certes, cela représente une très grande consommation mais 3 Go, c'est 3 Go, et pas illimité. Mais peut-être que chez Free, on a raté les cours d'algèbre de CE2. Ensuite, quelques clauses sur lesquelles Xavier Niel ne s'est pas étendu durant la conf de presse : une nouvelle carte SIM avec un nouveau numéro coûte 10€, l'envoi d'un téléphone coûte entre 10 et 15 €, il vous faudra débourser 5€ si vous oubliez votre code PIN, si, pour une raison ou une autre, vous ne souhaitez pas donner de RIB, on vous demandera un accompte de 200€, un retard de paiement entraîne une pénalité de 7,5€ … Enfin, ce que l'on préfère, c'est le fameux « téléphone à 1€ » … qui vous coûtera au final plus cher que si vous l'achetiez sans abonnement en magasins, grâce aux mensualités en 12, 24 ou 36 mois.

Free n'a pas tout compris : à la concurrence. Diaboliser la concurrence, ça marche un temps, mais attention au retour de bâton. Loin d'être humble, Xavier Niel clamait hier que les opérateurs historiques nous avaient pris pour des pigeons trop longtemps. Pas très valorisant pour le client, déjà, mais surtout de quoi déclencher les foudres d'Orange, de Bouygues et de SFR, qui devraient répliquer très vite avec des offres low-cost, qui n'égaleront sûrement pas celles de Free mais tenteront de s'en rapprocher. Chez SFR, on met le doigt sur deux problèmes auxquels les abonnés de Free seront confrontés : un service clients de qualité et un réseau de boutique dans lequel se rendre en cas de problème. Effectivement, réduire les coûts, cela signifie dire adieu à certains services, dans certains cas indispensables : où amène t-on son portable en cas de problème ? Chez Bouygues, ça pleure un peu dans les chaumières : « Bouygues Telecom ce sont avant tout ses 9.200 collaborateurs en France [...] Croyez-le, ces 9.200 hommes et femmes se sentent aussi insultés que vous par ce qui a été dit hier ». Un mouchoir pour Bouygues, s'il vous plaît ! L'offre de portable, chère et pour le moment peu variée, a également été mise au pilori. Mais surtout, on s'interroge sur la rentabilité du forfait proposé par Free. Car si Xavier Niel assure que Free arrive toujours à se faire de la marge, les analystes doutent de la possibilité d'engranger des bénéfices avec cette offre. Alors : vente à perte, concurrence déloyale ? Buzz autour d'une offre limitée, avec note plus salée à la clef les trois millions d'abonnés passés ?

Free n'a pas tout compris : à la technologie. Free aurait dû prévoir l'affluence qui allait suivre le lancement des offres. Nous ne leur jetterons pas la pierre mais le site, pris d’assaut, affichait hier soir un perpétuel message de bug qui a rendu impossible la plupart des inscriptions. Invité de Jean-Jacques Bourdin sur BFM TV, Xavier Niel s'en excusait ce matin, confiant que le site avait été réécrit pendant la nuit et que de Java, il fonctionnait désormais sous PHP. Cependant, nombres de bugs ne semblent pas encore avoir été résolus et petit à petit, l'excitation de l'annonce d'hier semble retomber comme un soufflet mal cuit. Quand obtenir une carte SIM est plus difficile qu'obtenir un clef chez Fort Boyart, ça coupe un peu l'envie. Il est sûr que les concurrents profiteront de ces failles, Orange, qui présentera son offre Sosh demain, en tête.

Alors, Free a tout compris, Free n'a pas compris, Free comprendra, Free apprendra de ses erreurs ? Vous en pensez quoi ? Vous comptez changer votre allégeance ? Vous attendez les offres des autres opérateurs ? De mon côté, je me réjouis de cette émulation des marchés et fais confiance à Free pour redresser la barre dans les prochains jours.

4 Commentaires

Ecrire un nouveau commentaire :
  • Et pourtant, ils viennent de tout refaire ... C'est ce qu'on appelle un problème au décollage !

  • Oui j'ai voulu visiter leur site pour voir les offre en détail, impossible d'avoir la moidre info le site n'est pas assez stable

  • Contente que l'article te plaise !

    Je suis tout à fait d'accord avec toi au sujet de l'offre à 2€ mais je reste sceptique quant à savoir si ce n'est pas un gros coup de buzz. J'attends de voir si l'offre sera reconduite passée les 3 millions d'abonnés. Et surtout, j'attends d'avoir les impressions des personnes ayant souscrits au forfait : quels sont les frais annexes ? Comment ça se passe avec le service après-vente ? Combien d'épreuves tu dois passer pour avoir une carte SIM ? etc etc.

  • Beau pavé, je pense que ca réponds a pas mal de question que tout le monde se posait (et ça ouvrira les yeux a ceux qui y voyaient déjà une offre parfaite)

    Merci beaucoup ;)

    EDIT : et comme je l'ai déja dis sur l'autre billet a ce propos, je pense maintenant qu'il faut attendre quelques semaines / mois pour voir ce que concoctent les concurrents, et ce que deviendra l'offre FREE une fois les 3 millions d’abonnés atteins ... Pour ce qui est de l'offre a 2€ par contre, ça me semble quand même une très bonne idée, et après avoir vu la conférence j'ai trouvé que c'étais ça la vraie révolution, je sais que chez moi je suis le seul a manger du DATA et des SMS, mais tout le monde est tout de même obligé de payer une quinzaine d'euros par mois, ce qui fait une belle somme quand on est 5 a la maison (dont je le répète 4 ne dépassent pas l'heure de communication et les 2 SMS par jour ...) ça fait quand même 50€ d'économie ... et je n'ait pas encore trouvé de réel faille a cette offre après mes différentes recherches ...

    Affaire a suivre en tout cas :)

Nous utilisons les cookies sur ce site pour améliorer votre expérience utilisateur. Plus d'informations

J'ai compris