Nous utilisons les cookies sur ce site pour améliorer votre expérience utilisateur. OK

Des parlementaires polonais portent le masque de Guy Fawkes, symole des Anonymous

Déchantez, c'est signé. La guerre contre Internet et le téléchargement illégal n'est pas prête de se terminer. La fronde mondiale se poursuit : l'Union européenne et 22 Etats européens, dont la France, ont signé jeudi l'ACTA (Anti-Counterfeiting Trade Agreement). Objectif : lutter contre la contre-facon et le téléchargement illégal.

En ce moment on aime bien les trucs en "A". Ou plutôt on les aime pas. Après PIPA, puis SOPA, voilà ACTA, un nouveau cheval de bataille, une nouvelle pomme de discorde dans la World War Web.

Actaquoi ?

Acta est un traité

Qu'est ce que ca change ? Ce n'est pas une loi, donc rien de ce qui s'y trouve n'a de pouvoir contraignant. Les signataires de ce traité s'engage à tendre vers les objectifs contenu dans le texte par des moyens nationaux (tels que des lois), laissés libre d'application.
Par ailleurs signé par l'Union europénne, ACTA doit passer devant le Parlement pour pouvoir être ratifié. Or, au vu du contenu de ce traité, pas sûr qu'il soit validé de si tôt.

Acta vise la contrefacon

Si ACTA a mis tant de temps à éclore, alors même qu'il germe depuis au moins trois ans, c'est à cause de son contenu très controversé. Le traité vise à définir un cadre juridique commun plus ferme pour enrayer la contrefacon hors-ligne et en ligne. Par extension il concerne également le droit d'auteur et donc le téléchargement illégal. Il met en place une kyrielle d'outils qui inquiètent les défenseurs des libertés.

Acta et ses actions
Ce qu'ACTA propose et qui pose problème, ce sont certaines dispositions. Ainsi il prévoit d'imposer aux fournisseurs d'accès à Internet de transmettre aux ayants droits (et non pas à la police ou à la justice) des informations sur les coupables ou suspects de contrefacon. En clair, Free, Numéricable, Orange etc, diront gentiment à Universal Music que vous venez juste de télécharger la dernière chanson d'Eminem.
Même si la Commission européenne a annoncé vouloir maintenir l'équilibre entre liberté individuelle et lutte contre la contrefacon, nombreuses sont les inquiétudes à ce sujet. 
 

Actattaqué


Les détracteurs sont nombreux et ont commencé à élever la voix à commencer par le Parlement européen lui-même. Ainsi le rapporteur du traité, l'eurodéputé francais Kader Arif a démissionné de son poste en annoncant qu'il ne participerait pas à "cette mascarade". Dénonçant "la non-association de la société civile", le "manque de transparence", la "mise à l'écart des revendications du Parlement européen", il veut "envoyer un signal fort et alerter l'opinion publique sur cette situation inacceptable". Les débats qui n'ont pas encore commencé promettent d'être houleux.

Les défenseurs des libertés sur Internet sont également montés au créneau.
L'Acta a déjà été signé en octobre par sept autres pays, dont le Canada, l'Australie, le Japon, Maroc, Singapour et par les Etats-Unis, où une pétition rassemble déjà 30 000 signataires. En Europe, de nombreuses attaques par déni de service ont eu lieu jeudi, certaines se réclamant d'Anonymous, visant des sites internet notamment en Pologne, où des manifestations ont également eu lieu, rassemblant des dizaines de milliers de personnes.



Les Polonais continuent à manifester contre l'ACTA von euronews-fr « Ces derniers jours, on assiste à des manifestations très encourageantes de la part de citoyens polonais ou du reste de l'Europe, qui s'inquiètent des conséquences d'ACTA sur la liberté d'expression, l'accès aux médicaments, ainsi que le partage de la culture et de la connaissance. Cet important mouvement va prendre de l'ampleur. Les citoyens européens doivent reconquérir la démocratie face à l'influence néfaste d'intérêts industriels sur la politique globale », clame en France Jérémie Zimmermann, porte-parole de La Quadrature du Net.

Car si l'ACTA menace clairement la liberté sur Internet, ce n'est pas le seul domaine qu'il va toucher et de nombreuses personnalités du monde de la médecine s'inquiètent: il pourrait freiner la production de médicaments génériques.

Pas de commentaire

Ecrire un nouveau commentaire :

Nous utilisons les cookies sur ce site pour améliorer votre expérience utilisateur. Plus d'informations

J'ai compris