Nous utilisons les cookies sur ce site pour améliorer votre expérience utilisateur. OK

513 millions d'internautes chinois et moi et moi, émois

Le paysage internétique de la Chine est en complet bouleversement. Le plus grand marché du monde avec le nombre le plus élevé d'internautes couplé avec un Etat-Parti légèrement liberticide, cela donne un cocktail explosif, une situation tout à fait unique où la manière d'utiliser Internet est est très particulière. Aujourd'hui l'actualité des nouvelles technologies est chinoise. Au programme : les statistiques sur l'utilisation d'Internet en Chine qui viennent de tomber, Google retourne à Pékin et Apple déclenche l'émeute.

Une croissance exponentielle. C'est ce qu'a connu le nombre d'internautes en Chine. Avec une augmentation de 12% en un an, la communauté de surfeurs chinois a atteint plus de 513 millions de personnes. C'est-à-dire un taux de pénétration de 38,3% de la population globale, a précisé le Centre d'Informations sur l'Internet en Chine (CNNIC).
Plusieurs facteurs pourraient expliquer ces chiffres comme la popularité grandissante des jeux en ligne notamment World of Warcraft, ou l'engouement pour les produits asiatiques sur le Net comme le portail Sina, le moteur de recherche Baidu (6ème le plus visité de la planète) ou le service de messagerie instantanée QQ instant messenger de Tencent Holdings.



Selon les données recueillies par le CNNIC, les formes d'utilisation d'Internet sont également typiques du marché chinois. Ainsi ils ont moins recours aux blogs, mails ou forum, mais beaucoup plus à ce qu'on appelle le mini-blog. Ces messages de 140 caractères maximum, sont postés sur de nombreux sites et leur nombre explose : de 63 millions en 2010, il y en aurait 250 millions aujourd'hui. Une raison simple à cela : éviter la censure.

Passe-muraille 

Car le micro-blogging est en fait simplement l'équivalent de Twitter. Sauf que celui-ci étant interdit, les chinois s'expriment notamment sur Sina Weibo. Ces sites de micro-blogging causent un réel souci au gouverment chinois car leur contenu est tellement grand et il défile tellement rapidement que les autorités ont du mal à tout filtrer pour censurer. Depuis, des mesures ont été prises dans certaines villes où les micro-blogueurs sont obligés de s'exprimer avec leur vrai nom.

(Sino Weibo) 

La censure reste un des principaux freins à la liberté des internautes et à l'accession des plateformes internationales au marché chinois. Cependant certaines mettent leurs idéaux de côté au profit des bénéfices qu'ils peuvent en tirer. C'est le cas de Google qui s'était retiré de Chine en 2010 après avoir vainement tenté de lutter contre la censure : après avoir redirigé les requêtes des internautes chinois sur le serveur de Hong-Kong, le moteur de recherche a été fermé par les autorités gouvernementales. Il est aujourd'hui de retour. Pour profiter de ce gigantesque marché sans se dédire de ses positions anti-censure, la firme a décidé de n'investir que les domaines peu sensibles, où la censure n'est pas appliquée. Car le principal intérêt de Google désormais en Chine, c'est Android.

Smartfolie

Si la Chine est le premier marché mondial en terme d'Internet, elle l'est aussi pour les smartphones (en volume). Un marché prometteur donc pour toutes les grandes sociétés internationales, car pour l'instant les entreprises chinoises sont encore à la traîne dans ce domaine. "L'espace mobile est une cible. Les entreprises locales ont encore beaucoup à apprendre dans ce champ et Google dispose de davantage de latitude", analyse Mark Natkin, directeur général de Marbridge Consulting, cabinet spécialisé dans les technologies de l'information en Chine. Actuellement c'est le système Android qui domine le marché chinois, mais un autre smartphone fait son apparition.
Aujourd'hui des milliers de chinois attendaient l'arrivée de l'Iphone 4 S à Pékin et Shanghai, massés devant cinq Apple Store après des heures de queue dans le froid. Mais Apple a décidé de suspendre la vente pour "assurer la sécurité des clients et des employés". Cette décision a enclenché des émeutes, forcant la police à intervenir et Apple à définitivement retirer ses appareils des magasins. Une anecdote, qui traduit l'importance des smartphones dans la société chinoise où l'Iphone 4 S était très attendu. "La demande est incroyable et nos boutiques en Chine sont déjà en rupture" a expliqué Apple.


Malgré ce succès, n'oublions pas que nos camarades chinois ne sont pas encore sortis de l'auberge. Les autorités chinoises ont prouvé qu'elles n'étaient jamais bien loin, en bloquant temporairement l'Android Market en octobre 2011.

1 commentaire

Ecrire un nouveau commentaire :

Nous utilisons les cookies sur ce site pour améliorer votre expérience utilisateur. Plus d'informations

J'ai compris